Les travaux de réfection de la rue Saint-Hubert à Granby, qui ont suscité une levée de boucliers des résidants en 2016, sont reportés à 2019-2020.

La réfection de la rue Saint-Hubert reportée en 2019-2020

La réfection controversée de la rue Saint-Hubert à Granby n’est pas à l’agenda de 2018. Le projet a de nouveau été repoussé d’un an, a-t-il été annoncé en marge du dépôt du budget.

« C’est un projet qui est important. Il a tellement mal commencé il y a deux ans. Je pense qu’il faut prendre notre temps pour le faire comme il faut », a affirmé le maire, Pascal Bonin, aux médias lundi soir au terme de la séance du conseil municipal.

Ce projet, qui consiste à procéder à la réhabilitation de la chaussée, à revoir le drainage et à ajouter une infrastructure de mobilité active, a soulevé une levée de boucliers chez des citoyens du secteur lorsqu’il leur a été présenté en 2016.

Non seulement ils en avaient contre l’ajout d’une piste multifonctionnelle dans leur rue, mais plusieurs avaient dénoncé devoir payer à nouveau pour des travaux de drainage, même s’ils avaient déjà canalisé leurs fossés. Le projet avait alors été mis sur la glace.

Depuis, la Ville a toutefois réalisé la réfection d’autres rues (Léger et Vittie) en incluant l’aménagement d’infrastructures de mobilité active. Une nouvelle politique de répartition des coûts pour les travaux de drainage dans le secteur Canton a aussi été mise de l’avant.

Bref, le maire Bonin croit être en mesure de lancer ce projet sur de nouvelles bases. « Le conseil municipal souhaite bien faire les choses », assure-t-il.

Rencontres

Selon le conseiller municipal du district où sont projetés les travaux, Stéphane Giard, les délais auraient été très courts pour rencontrer les citoyens au cours des prochains mois et lancer le chantier­ au printemps.

L’analyse en cours afin de pallier les problèmes ponctuels de circulation qui affectent le voisinage du Zoo de Granby durant l’été est un autre élément plaidant pour le report du projet. « On veut voir les résultats de l’analyse pour ne pas être obligés de recommencer les travaux », fait valoir M. Giard.

Celui-ci souligne en outre que, pour une question d’écoulement des eaux pluviales, les travaux devront débuter à partir de l’intersection du boulevard David-Bouchard et se poursuivre vers le 11e rang. D’où l’importance de statuer en premier lieu sur les aménagements nécessaires près de l’intersection névralgique, située à deux pas du Zoo.

Pour l’heure, deux phases de réfection, qui pourraient entraîner des coûts de 3 M $ chacune, sont prévues rue Saint-Hubert en 2019 et en 2020. Le maire Bonin affirme que les résidants du secteur seront rencontrés­ avant la fin de l’hiver.

À plus long terme, la piste multifonctionnelle que la Ville souhaite inclure dans ce projet devrait également être aménagée rue Saint-Hubert, dans le secteur Ville, pour rejoindre la rue Principale. « Je pense que les gens commencent plus à comprendre où on s’en va avec ça [le plan de mobilité active] », juge le maire.

En vertu de la politique de répartition des coûts adoptée en juin, si les riverains de la rue Saint-Hubert ont déjà procédé à des travaux de canalisation de fossés, aucun coût supplémentaire ne leur sera réclamé. Mais si aucune opération de ce type n’a été réalisée, ce sera aux citoyens concernés­ d’en assumer la facture.

Détail important, précise toutefois Stéphane Giard: tous les frais seront pris en charge pour les résidants qui verront le lien cyclable être aménagé devant leur résidence et ce, que les fossés soient canalisés ou non.