Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Huit espèces de chauves-souris sont recensées dans la province, dont certaines sont menacées ou en voie de disparition.
Huit espèces de chauves-souris sont recensées dans la province, dont certaines sont menacées ou en voie de disparition.

La protection des chauves-souris dans le giron de Corridor appalachien

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les activités de Conservation Chauve-souris des Cantons-de-l’Est (CCSCE) sont désormais intégrées aux programmes de l’organisme Corridor appalachien.

Fondé en 2017, CCSCE est un organisme bénévole qui œuvrait au recensement des populations de chauves-souris dans la région des Appalaches du sud du Québec tout en organisant diverses activités de sensibilisation, d’éducation et de conservation des espèces. La dissolution du regroupement a mené à l’intégration de ses activités par Corridor appalachien, qui se chargera désormais de poursuivre sa mission par la création d’un programme de conservation des chauves-souris.

« La continuité de cette programmation au sein de Corridor appalachien est très naturelle et alignée avec la direction de notre organisme et cadre bien avec les activités de nos experts en acquisition de connaissances et en conservation », explique Mélanie Lelièvre, directrice générale pour l’organisation régionale.

« C’est une excellente nouvelle pour les chauves-souris et pour la biodiversité en général, selon Robert Chartier, président sortant de CCSCE. Toute l’équipe qui s’est vouée à CCSCE depuis sa fondation a confiance que la sensibilisation et la conservation de ces animaux encore méconnus iront plus loin et progresseront plus rapidement avec l’intégration des activités à Corridor appalachien », ajoute-t-il.

Huit espèces de chauves-souris sont recensées dans la province. La chauve-souris argentée, la chauve-souris cendrée, la chauve-souris pygmée de l’Est et la pipistrelle de l’Est sont des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables au Québec. La petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique ainsi que la pipistrelle de l’Est sont pour leur part cataloguées comme étant en voie de disparition au Canada par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Seule la grande chauve-souris brune ne possède actuellement aucun statut.

Au Québec, les chauves-souris sont affectées par diverses maladies, l’utilisation des pesticides, la disparition de leurs habitats et les perturbations humaines. Pourtant, ces animaux contribuent à l’élimination de plusieurs insectes nuisibles à l’agriculture, permettant du même souffle une utilisation moindre de pesticides. On estime à 3,7 milliards de dollars l’impact financier du régime insectivore des chauves-souris sur l’industrie agricole nord-américaine.

« Les chauves-souris jouent un rôle important et régulateur dans notre écosystème et nous prévoyons prendre à cœur leur sauvegarde par l’entremise d’activités de conservation stratégiques », mentionne Mme Lelièvre.

« Il y a encore beaucoup de chemin à faire en ce qui a trait à l’acceptation de cet animal méconnu mais pourtant si important pour l’équilibre de nos écosystèmes », renchérit Victor Grivegnée-Dumoulin, biologiste de Corridor appalachien et fondateur de CCSCE, qui sera également responsable du programme de conservation.