Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Âgé de 19 ans au moment des faits, le jeune homme a comploté, avec un collègue de travail, afin de simuler un vol qualifié dans un dépanneur de Granby où ils travaillaient.
Âgé de 19 ans au moment des faits, le jeune homme a comploté, avec un collègue de travail, afin de simuler un vol qualifié dans un dépanneur de Granby où ils travaillaient.

La prison de fin de semaine pour avoir simulé un vol dans un dépanneur

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les prochaines fins de semaine seront plus tranquilles pour un jeune Granbyen tombé dans «une spirale descendante d’instabilité, de consommation de stupéfiants, de difficultés financières et de mauvaises fréquentations» à la suite d’une rupture amoureuse, alors qu’il devra les passer derrière les barreaux.

Le juge Serge Champoux, de la Cour du Québec, a condamné Kelvin Jolicoeur à purger 90 jours de prison de façon discontinue pour des vols perpétrés dans la région en 2019. Cette peine sera suivie d’une période de probation de deux ans.

Âgé de 19 ans au moment des faits, le jeune homme serait tombé dans la criminalité à la suite de sa séparation dont il a eu du mal à se remettre. Ce serait dans ce contexte qu’il aurait comploté, avec un collègue de travail, de simuler un vol qualifié dans un dépanneur de Granby où ils travaillaient.

Le «vol», où l’un des deux commis s’est présenté cagoulé et portant une fausse arme alors que l’autre a joué le rôle de la victime, est exécuté tel que prévu le 9 mars 2019 et une somme d’environ 1 400 $ en argent est volée en plus d’environ 1 600 $ de cigarettes.

Puis, quelques mois plus tard, alors qu’il est à l’emploi de la boutique TU-VAP Inc., il s’approprie le contenu de certaines enveloppes destinées à des dépôts bancaires, qui totalise 1585$. Il prétexte également le décès de sa mère pour obtenir frauduleusement des congés.

Voleur repentant

Depuis les faits reprochés, pour lesquels il a reconnu sa culpabilité, M. Jolicoeur a repris sa vie en main, occupant désormais deux emplois et manifestant le désir d’obtenir son diplôme d’études secondaires, d’entreprendre des études en dessin de bâtiment et même de rejoindre les forces armées.

Il aurait aussi remboursé une partie de ses dettes, aurait cessé la consommation de drogue et souhaite payer pour les crimes qu’il a commis, qui ont causé des pertes à ses employeurs, souligne le rapport présentenciel commandé par le juge.

«Il faut assurément relever le fait que de sa propre initiative, Kelvin Jolicoeur ait fait des démarches pour comprendre sa situation et aller chercher de l’aide», relève le magistrat, qui a aussi pris en compte le jeune âge de l’accusé, l’absence d’antécédents judiciaires et son bon potentiel comme facteurs atténuants.