L’ouverture de trois classes de prématernelle 4 ans tombe à point pour la propriétaire et directrice de l’école Bee Lingue Nancy Allen, qui réclame depuis plus de deux ans l’ajout d’au moins une douzaine de places au volet garderie de l’institution.
L’ouverture de trois classes de prématernelle 4 ans tombe à point pour la propriétaire et directrice de l’école Bee Lingue Nancy Allen, qui réclame depuis plus de deux ans l’ajout d’au moins une douzaine de places au volet garderie de l’institution.

La prématernelle 4 ans à l’école Bee Lingue

La prochaine rentrée scolaire sera riche en nouveautés à l’école Bee Lingue de Farnham. En plus d’offrir des cours de danse à sa jeune clientèle, trois classes de prématernelle 4 ans s’ajouteront aux groupes préscolaires qui fréquentent l’établissement qui célébrera du même coup sa cinquième année.

Une bonne nouvelle qui tombe à point pour la propriétaire et directrice de l’école privée, Nancy Allen, qui réclame depuis plus de deux ans l’ajout d’au moins une douzaine de places au volet garderie de l’institution installée depuis ses débuts dans l’ancien magasin de meubles Denis Riel.

«On vient d’avoir le feu vert du ministère de l’Éducation. J’ai une liste d’attente si longue que j’en ai perdu le fil», raconte au téléphone l’ancienne enseignante d’anglais, qui parle d’environ 200 inscriptions sur ladite liste. «Avec ces classes de prématernelle, on pourra sortir les 4 ans de la garderie et les amener du côté de l’école.»

Qui plus est, ces classes de préscolaire — deux sont complètes et une troisième vient d’être ouverte en vue de la rentrée, pour un total de 21 inscriptions en date de lundi — pourront accueillir tous les enfants de quatre ans, même s’ils ne demeurent pas dans un quartier dont l’indice socioéconomique est considéré comme étant défavorisé.

Un achalandage important qui rend fière la fondatrice de l’école. «On vient de terminer notre quatrième année et ça va vraiment bien!, dit Mme Allen. Les enfants sont avec nous depuis l’âge du poupon et quand ils nous quittent, ils sont parfaitement bilingues, avec une base en espagnol qu’on leur offre quelques jours par semaine.»

Une dizaine d’autres enfants sont inscrits à la maternelle 5 ans et une cinquantaine d’enfants fréquentent la garderie.

Pas question toutefois de se précipiter dans l’enseignement de niveau primaire, un projet que caressait la directrice au moment de coucher son projet sur papier. «Je ne suis pas prête à passer à la prochaine étape, confie-t-elle. Je préfère y aller graduellement et ça se passe bien ainsi.»

«Je n’imaginais pas que le projet prenne autant d’ampleur en aussi peu de temps, ajoute Mme Allen, qui emploie désormais une quinzaine de personnes à temps plein. C’est impressionnant, on travaille fort, on a une belle équipe de gens professionnels.»

De la danse et de l’espagnol

Dès la rentrée scolaire, les enfants de 2 à 6 ans qui fréquentent l’école Bee Lingue pourront profiter d’une toute nouvelle activité ajoutée à leur horaire, soit des cours de danse. Ceux-ci seront offerts à la fin de la journée, entre 15h et 17h, en partenariat avec l’école Évidanse.

«Ça va avoir lieu pendant les heures de garde, alors pour des parents, finie la course le soir pour amener leur enfant à un cours», dit Mme Allen.

L’apprentissage de l’espagnol se poursuit également. Offert depuis 2017 aux employés du secteur agricole afin qu’ils puissent communiquer avec leurs collègues saisonniers venus du Sud, les cours d’initiation sont aussi disponibles pour le grand public ou pour les enfants et adolescents d’âge scolaire.