L’ajout de passerelles en caillebotis, surélevées pour respecter les arbres et protéger leurs racines, représente un des éléments distinctifs du projet. Un éclairage intégré sous ces passerelles permettra de moduler l’ambiance une fois le soir venu et offrir une expérience de «sous-bois».
L’ajout de passerelles en caillebotis, surélevées pour respecter les arbres et protéger leurs racines, représente un des éléments distinctifs du projet. Un éclairage intégré sous ces passerelles permettra de moduler l’ambiance une fois le soir venu et offrir une expérience de «sous-bois».

La place Jean-Lapierre coûtera plus cher que prévu

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
L’aménagement de la place Jean-Lapierre, au centre-ville de Granby, débutera plus vite que prévu. Mais le projet coûtera plus cher que ce qui avait été planifié. Alors que l’estimé budgétaire du contrat était évalué à 821 000 $, la réalisation des travaux entraînera plutôt une facture de 1,1 million $, selon le mandat accordé lors de la récente séance du conseil municipal.

Des trois soumissions déposées, l’entrepreneur Bertrand Ostiguy de Shefford a présenté la plus basse. Le chantier devrait démarrer vers la fin septembre, selon l’ingénieur de projets au bureau de projets de la Ville, Manuel Cabana.

La différence de coût, entre l’estimation et le contrat accordé, sera puisée à même le surplus libre de la Ville, est-il précisé dans le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie.

Selon le document, la firme qui a remporté le concours d’architecture, également mandatée pour la surveillance des travaux d’aménagement de la place, BC2 Groupe Conseil, conclut, après analyse des soumissions, que «les prix soumis sont représentatifs du marché actuel pour ce type de travaux».

«Le fait qu’on veuille réaliser le projet rapidement mettait de la pression sur l’échéancier des entrepreneurs. (...) Si on avait décidé d’attendre, le risque que les prix augmentent était aussi présent», souligne Manuel Cabana.

«Mais il y avait suffisamment de compétition [avec trois soumissionnaires] pour se dire que c’était la bonne décision. Les deux plus bas soumissionnaires étaient vraiment très proches. Si on avait eu juste un prix, la décision aurait été un peu plus difficile», ajoute l’ingénieur de projets.

Il en coûtera plus cher que prévu pour aménager la place Jean-Lapierre, près du centre Notre-Dame.

Travaux devancés

À l’origine, le projet devait être réalisé au printemps 2021. Mais il a été décidé de devancer le début des travaux pour profiter du fait qu’il n’y a pas de chantier sur la rue Principale.

Le lancement de la première phase de l’important projet de réaménagement et de revitalisation qui devrait changer le visage de la principale artère du centre-ville a été repoussé d’une année en raison de la pandémie. Les travaux ont ainsi été reportés en août 2021.

«La cohabitation entre les chantiers va être plus facile. On prévoit terminer la place Jean-Lapierre en mai ou en juin 2021», souligne Manuel Cabana.

Selon le concept développé par BC2, de concert avec Cima+ et Atomic 3, la nouvelle place citoyenne, située à deux pas du centre Notre-Dame, se voudra verte et polyvalente.

En plus du nouveau mobilier urbain, plusieurs jardins y seront aménagés. L’ajout de passerelles en caillebotis, surélevées pour respecter les arbres et protéger leurs racines, représente un des éléments distinctifs du projet. Un éclairage intégré sous ces passerelles permettra de moduler l’ambiance une fois le soir venu et offrir une expérience de «sous-bois». L’aménagement du terrain pour créer un effet amphithéâtre est aussi prévu dans une zone.

Aménagements

Près d’une trentaine d’arbres se trouvent déjà sur le site du projet. Ils ont tous fait l’objet d’une expertise par un ingénieur forestier, souligne l’ingénieur de projets à la Ville.

Deux d’entre eux devront être abattus, car ils ont une faible espérance de vie. Un cèdre sera aussi coupé pour permettre «l’aménagement d’un chemin vers le Cégep (de Granby) et parce que sa valeur ornementale est faible», précise-t-il.

En contrepartie, le site, qui vise à commémorer la vie politique et médiatique de l’ancien député de Shefford, Jean Lapierre, sera bonifié par l’ajout de plusieurs arbustes et vivaces, surtout dans le secteur à proximité de la rue Principale, ajoute Manuel Cabana.

Selon lui, il est par ailleurs prévu, dans un deuxième temps en 2021, de revoir l’aménagement paysager de l’espace gazonné à l’angle des rues Saint-Antoine et Principale. La fontaine Wallace, qui a été retirée du parc Isabelle afin de la restaurer et la mettre davantage en valeur, devrait être intégrée à cet endroit. Ce dernier sera aussi inclus au projet de revitalisation du centre-ville.