Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Bromont a dévoilé les plans de son «vaisseau amiral» culturel, le centre culturel St-John, qui sera métamorphosé au cours des mois à venir.
Bromont a dévoilé les plans de son «vaisseau amiral» culturel, le centre culturel St-John, qui sera métamorphosé au cours des mois à venir.

La pandémie ne ralentit pas Bromont

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Malgré le caractère particulier que lui a conféré la pandémie, l’année 2020 a aussi été marquée par divers événements d’importance. Que ce soit dans chacune des villes qui forment la grande région couverte par La Voix de l’Est où encore dans le monde de l’économie, des arts, de la justice ou de l’éducation. Voici les moments forts de la dernière année. Commençons par la ville de Bromont.

Bromont est reconnue pour son dynamisme dans plusieurs sphères. Notamment sur les plans économique et culturel, ainsi que pour la diversité et la qualité de ses attraits touristiques et sportifs. La pandémie a quelque peu ralenti la progression de certains projets au cours des derniers mois, mais plusieurs ont vu le jour. Voici un résumé de quelques-unes de ces initiatives qui ont retenu l’attention en 2020.

L’expansion se poursuit chez Bromont, Montagne d’expériences

Après avoir inauguré son chalet au sommet de la montagne, Bromont, montagne d’expériences, s’apprête à construire un tout nouveau bâtiment multifonctionnel au pied du mont Soleil. Le projet est estimé à quatre millions de dollars. L’initiative fait partie du vaste projet Altitude, qui englobe également la construction d’un établissement d’hébergement dans le stationnement principal. 

En fait, le bâtiment multifonctionnel regroupera les services offerts dans les «roulottes» au bas des pistes: la clinique, les locaux des patrouilleurs, les aires de casiers, d’entreposage et de restauration ainsi que la location d’équipements de glisse. L’immeuble de trois étages doit avoir une superficie avoisinant 9000 pieds carrés, soit environ 3000 pieds carrés par niveau. Le rez-de-chaussée sera accessible directement dans le stationnement principal. 

La clientèle pourra également entrer par le second étage à la hauteur des pistes du mont Soleil. En ce qui concerne les places assises, le nouveau chalet permettra d’accueillir 2200 personnes, un accroissement de 5% de la capacité actuelle.

Bromont dévoile son «vaisseau amiral» culturel

Bromont a dévoilé, il y a quelques mois, les plans du projet d’agrandissement de l’emblématique centre culturel St-John. Les installations administratives situées actuellement à l’étage supérieur seront transférées dans l’agrandissement, au sous-sol. Cela permettra d’accroître de près du double la capacité d’accueil de la salle de spectacle. La structure du bâtiment sera préservée en grande partie.

 Le mur mitoyen, du côté de la rue John-Savage (gauche), subira toutefois des modifications majeures lors de la métamorphose. On le dégagera pour en faire un point central du foyer. La nouvelle aire sera moderne, sans renier les racines de l’ancien lieu de culte. Outre le budget de 3,3 millions de dollars pour boucler le projet, Bromont veut bonifier son offre. Une campagne de financement a donc été lancée sous le thème «Rajeunis ta culture, rénove ton St-John». La barre a été fixée à un demi-million de dollars.

Lancement des travaux de la place publique

Bromont a entrepris symboliquement le chantier de la future place publique par le biais de la traditionnelle pelletée de terre en juin dernier. Le projet, dont le budget est estimé à 3,3 millions $, se concrétise sur un vaste site entre l’Apothicaire et le Café 1792, rue Shefford. Il comporte un bâtiment doté d’un bloc sanitaire, ainsi que quelques locaux. Une portion est dédiée aux cyclistes. On y retrouve entre autres un atelier pour réparer les vélos, avec quelques outils spécifiques. 

La toiture se prolonge en une pente douce pour créer un espace couvert, abritant potentiellement une scène rétractable pour des spectacles extérieurs. L’agora pourra accueillir de 500 à 700 personnes. Des estrades seront intégrées à même le terrain juste en face afin de se fondre dans le paysage. Plusieurs îlots de verdure seront aménagés. La population pourra également pratiquer des activités en plein air sur un grand espace gazonné.

Après avoir inauguré son chalet au sommet de la montagne, Bromont, montagne d’expériences s’apprête à construire un tout nouveau bâtiment multifonctionnel au bas du Mont Soleil.

Un nouveau pont à l’angle de la route 241

L’un des projets d’infrastructures les plus attendus en 2020 à Bromont était celui de la reconstruction du pont de la rue Shefford (route 241). L’ancienne structure, construite en 1961, est tombée sous le pic des démolisseurs. Le chantier a nécessité la fermeture du tronçon durant plusieurs mois. Le budget global du projet est évalué à quatre millions $. La nouvelle structure, ouverte à la circulation le 18 décembre, est plus large que la précédente. On y a également aménagé une piste cyclable et un trottoir. On prévoit aussi une voie de virage à gauche pour améliorer la circulation dans cette intersection fort achalandée. La majorité de la facture est assumée par le ministère des Transports. La Ville contribue aussi financièrement au projet.

Bromont prend 30 engagements en développement durable

Bromont a dévoilé en septembre la nouvelle mouture de son plan de développement durable, huit ans après avoir lancé une première initiative de la sorte. Les nouveaux engagements de Bromont se déclinent également en cinq grandes orientations, desquelles découlent six actions chacune. Le premier axe consiste à «bâtir ensemble une économie responsable». Parmi les actions à poser, on met notamment en lumière l’importance de la «symbiose industrielle» dans le parc scientifique. Le «développement du territoire de manière durable» est le second volet. 

La mise en valeur de l’agriculture, du patrimoine bâti, naturel et humain, ainsi que l’acquisition de terrains «à haute valeur écologique» sont notamment incluses dans ce créneau. La gestion de l’eau de manière «intégrée et responsable» est le troisième axe. À ce chapitre, Bromont veut entre autres aménager et entretenir ses sentiers pour limiter l’érosion et le «transport de sédiments» et «continuer les travaux sur la gestion des eaux parasitaires.» 

Vient ensuite la «création d’une communauté enrichissante et accueillante pour les visiteurs». La dernière sphère préconise l’utilisation efficace des ressources et la diminution des gaz à effet de serre. On prévoit en ce sens «aménager un axe de transport actif (piste cyclable et piétonne) le long du pont de la 241 et du boulevard de Bromont» et «implanter un réseau de fontaines publiques pour remplir les bouteilles d’eau et réduire l’usage des bouteilles de plastique».

Bromont bonifie ses aires protégées

Il y a quelques années, on aurait pu qualifier d’utopique le projet de Bromont d’avoir 20 % de son territoire protégé. Or, le défi est en voie d’être relevé. La municipalité, de concert avec la Société de conservation du mont Brome SCMB), a fait de grands pas en ce sens en 2020. Parmi ceux-ci figure l’ajout de deux sites à haute valeur écologique qui s’étendent sur près de 29 hectares. Une partie de ces terrains sont situés dans le projet domiciliaire Vert Forêt, au cœur d’une nature luxuriante près du Domaine naturel du lac Gale. 

Dès ses balbutiements, l’initiative était axée sur la préservation de son milieu. Gestion Terrart, qui a repris le flambeau pour la suite du projet, a poursuivi dans cette veine en donnant à la Ville près de 17 hectares aux fins de conservation. La municipalité a accordé près de 40 000 $ au projet d’acquisition de la portion à protéger dans Vert Forêt. Cette somme sera notamment dédiée au volet administratif et aux frais liés à la transaction. Une partie du terrain permettra de prolonger un sentier existant dans le Domaine, qui mène à un pic en montagne. Une vaste partie du terrain sera conservée, et donc inaccessible au public. 

La SCMB a comme but de protéger 405 hectares du territoire. L’objectif semble plus que jamais atteignable. En plus du don de Vert Forêt, l’organisme a notamment acquis une propriété d’un peu plus de 12 hectares dans le même secteur.

Le projet de vélodrome sur les rails

C’est concret. Le projet de vélodrome intérieur verra le jour, même s’il reste quelques fils à attacher côté financement. L’ovale a été démonté l’automne dernier. Les travaux devraient commencer dès le printemps. Notons que le projet du vélodrome intérieur Sylvan Adams, jumelé au Centre multisports Desjardins, prévoit une mise à niveau de l’ensemble des infrastructures du CNCB. 

La première étape consiste à poser un toit sur la piste des Jeux olympiques d’Atlanta de 1996, rapatriée à Bromont au tournant des années 2000. Il s’agit du seul vélodrome au Québec actuellement. En plus de l’ovale de 250 mètres, dont la surface sera remise à neuf, deux gymnases multisports (volleyball, tennis, trampoline et gymnastique, entre autres), une salle de formation et une piste d’athlétisme de 200 mètres doivent être aménagés dans le vaste immeuble. La tenue de foires commerciales et de congrès figure également dans le plan d’affaires.