Les maires de la MRC Brome-Missisquoi et quelques conseillers remplaçants se sont réunis par vidéoconférence mardi soir.
Les maires de la MRC Brome-Missisquoi et quelques conseillers remplaçants se sont réunis par vidéoconférence mardi soir.

La MRC Brome-Missisquoi en bref

Voici un bref aperçu de diverses nouvelles ayant touché la MRC de Brome-Missisquoi au cours des derniers jours.

L’écocentre régional ouvrira le samedi dès le 2 mai

Les maires de Brome-Missisquoi ont convenu mardi soir, réunis en séance par vidéoconférence, d’ouvrir l’écocentre régional de Cowansville les samedis de mai. L’écocentre a été rouvert lundi dernier au public et chaque journée est dédiée à un ou deux pôles économiques.

Les citoyens du pôle de Cowansville et de Sutton ont eu accès à la régie lundi et mardi pour venir y déposer des matières ou récupérer du compost. Un total de 286 véhicules sont entrés sur le site durant ces deux premières journées. Des mesures ont été prises pour que les directives gouvernementales soient respectées.

Le principe sera le même pour les samedis. La MRC ouvrira l’écocentre de Cowansville les samedis dès le 2 mai. Le premier samedi du mois sera accessible pour les citoyens du pôle de Bromont, le deuxième à ceux du pôle de Bedford et Lac-Brome, le troisième et le cinquième pour la région de Cowansville et le quatrième pour les citoyens des pôles de Sutton et Farnham.

Après avoir sondé le personnel de leur municipalité, les maires des villes où se trouvent des écocentres locaux ont confié qu’il leur manquait du personnel pour opérer un samedi par mois ou que le personnel refuserait d’y travailler. C’est pour cette raison que la rotation se fera plutôt à l’écocentre régional.

La MRC demande une intervention gouvernementale pour la fibre optique

Les maires de la MRC Brome-Missisquoi demandent aux gouvernements provincial et fédéral «de prendre toutes les mesures qui s’imposent afin notamment de réduire les délais d’émission de permis pour le déploiement de la fibre optique».

Une résolution proposée par le comité administratif a été approuvée par le conseil des maires, mardi soir, afin qu’IHR Télécom puisse accélérer les travaux, actuellement freinés par des délais considérables pour l’émission de permis et pour la réalisation des travaux préparatoires.

«Bell prend beaucoup de temps pour délivrer ses permis et c’est le CRTC qui détermine les règles du jeu pour les délais, a expliqué le directeur général de la MRC, Robert Desmarais. Il n’y a aucun délai quand il s’agit de changer un poteau, alors c’est impossible d’avancer.»

«On va avoir de plus en plus de travailleurs à la maison, remarque Jean Lévesque, maire de Frelighsburg. C’est clair qu’actuellement ça vient limiter le développement des villes comme les nôtres. Je peux comprendre qu’on a un contexte spécial, mais c’est là qu’on doit intervenir.»

Rappelons que des organismes chargés de déployer l’Internet haute vitesse dans plusieurs régions du Québec, et qui font face aux mêmes embûches, ainsi que la Fédération québécoise des municipalités déposeront des mémoires pour demander un encadrement plus strict au CRTC. Sur les 28 000 poteaux téléphoniques sur lesquels doit passer la fibre optique dans la région de Brome-Missisquoi, 21 000 appartiennent à Bell.

Aide d’urgence aux PME: trop peu pour aider les entreprises

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec a consenti une enveloppe de 941 202 $ à la MRC Brome-Missisquoi pour prêter de l’argent aux entreprises, coopératives, OSBL et entreprises d’économie sociale pendant la crise de la COVID-19. Or, les demandes frisent les 2,5 M$. Plus d’une centaine d’entreprises ont contacté la MRC pour demander des informations sur le programme d’aide d’urgence aux PME dans le cadre des Fonds locaux d’investissement.

«On sait déjà qu’on va avoir besoin de trois fois plus d’argent que ce qu’on a dans nos coffres, a expliqué aux maires Denis Beauchamp, directeur du développement économique au CLD Brome-Missisquoi. On avait déjà évalué qu’on aurait besoin de 2,5 M$.»

Une résolution a ainsi été adoptée afin de demander au ministère d’accorder une enveloppe additionnelle de 2,3 M$ afin de répondre aux besoins des entreprises en crise. Le CLD et la MRC se sont également dotés d’une procédure qui permettra de répondre très rapidement aux demandes.

Difficile d’accéder au PCU pour les élus

Les élus municipaux qui ont perdu temporairement leur emploi principal ont de la difficulté à obtenir de l’aide de la Prestation canadienne d’urgence. Par exemple, un conseiller municipal de Farnham gagne un salaire mensuel de 1060 $. S’il travaille aussi dans une usine qui a dû faire des mises à pied temporaire, il ne pourra pas accéder à la PCU parce que son salaire de conseiller est au-delà de 1000 $ par mois, donne en exemple le directeur général de la MRC Brome-Missisquoi, Robert Desmarais.

Le conseil de la MRC aimerait que les règles soient assouplies pour les conseillers municipaux comme ceux de Farnham qui ont un salaire qui dépasse de peu les 1000 $.

Report de quote-part

Les municipalités de Brome-Missisquoi pourront reporter de deux mois le prochain paiement de leur quote-part à la MRC Brome-Missisquoi. Certaines municipalités qui avaient résolu de reporter le paiement des taxes municipales ou d’en abolir les intérêts et pénalités en cas de retard ont fait cette demande à la MRC puisque le prochain versement de la quote-part est prévu en juin.

Les maires réunis en vidéoconférence, mardi soir, ont convenu d’accepter un report facultatif au 15 août pour le deuxième versement pour les municipalités qui se voient contraintes de le faire.