Puisque certains secteurs comptent plus d’un millier de maisons, les bénévoles doivent se diviser la tâche.

La guignolée, toute une opération logistique

Quadriller la ville, trouver des bénévoles, cogner à des milliers de portes puis espérer la générosité des citoyens. Derrière la guignolée se cachent une logistique complexe et de nombreuses heures de préparation en amont. D’autant plus lorsque l’opération a lieu dans quatre villes sous la responsabilité de la même organisation.

Lawrence « Larry » Cotton était un homme bien occupé dimanche matin. À l’heure du brunch, il avait sous sa responsabilité une soixantaine de voitures et près de 200 bénévoles dans quatre villes de Brome-Missisquoi. Depuis le décès de Denis Grégoire, ancien Grand chevalier du district de Cowansville, c’est à M. Cotton qu’est revenue la responsabilité d’organiser la guignolée. Une tâche qui demande de nombreuses heures de travail en amont afin de s’assurer de la présence d’un nombre suffisant de bénévoles afin qu’aucune porte ne soit oubliée.

Dans un flux incessant, des dizaines de bénévoles passent dans le local des Chevaliers de Colomb de Cowansville. Ils prennent une copie de la carte du secteur qu’ils devront parcourir, saluent les visages familiers et forment des équipes avec leurs concitoyens. Puis, armés de leur plus beau sourire, ils partent solliciter la générosité des Cowansvillois. « Certains secteurs comptent un millier de portes, les bénévoles doivent donc se diviser en sous-secteurs. L’important c’est de bien se parler pour ne pas cogner deux fois à la même porte », ajoute M. Cotton.

Paniers de Noël

Un bal semblable se joue à Dunham, Frelighsburg et East Farnham, trois secteurs qui sont également sous la responsabilité de celui que tout le monde appelle affectueusement Larry. « J’ai des gens qui sont responsables sur place, mais c’est moi qui appelle les 186 bénévoles pour leur demander de venir », explique-t-il dans un bref moment de répit avant qu’un bénévole l’interrompt. »

L’ancien maire Arthur Fauteux a toujours participé à la guignolée, d’aussi loin qu’il s’en souvient.

« Évidemment, les Chevaliers de Colomb, nous ne sommes pas assez nombreux pour faire ça tout seuls, reprend Lawrence Cotton. J’ai demandé de l’aide des Lions et des pompiers de Cowansville [NDLR : six pompiers ont pris part à la guignolée]. Il faut que toute la communauté se mobilise. »

Rappelons que l’objectif derrière cette mobilisation est de venir en aide aux familles défavorisées. Les denrées récoltées permettront de confectionner des centaines de paniers de Noël et l’argent sera transféré en coupons échangeables dans certaines épiceries et glissé dans les paniers qui seront distribués à la mi-décembre.

Implication

Pour certains citoyens, la participation à la guignolée fait partie des traditions du temps des fêtes, au même titre que le sapin ou la dinde. « Certains reviennent chaque année depuis cinq ou six ans et repassent toujours dans le même secteur », explique M. Cotton. Pour d’autres, nul ne peut se remémorer à quand remonte leur première participation.

C’est le cas d’Arthur Fauteux, un citoyen engagé de longue date dans sa communauté et que l’on connait pour avoir été maire de Cowansville entre 1998 et 2017. « Je participais à la guignolée avant d’être maire, puis pendant mon mandat et je continue à la retraite. J’aime à m’impliquer, mais c’est aussi pour voir du monde, ça me manque un peu », raconte l’ancien premier magistrat de Cowansville. Au passage, ce dernier ajoute que sa santé s’est améliorée dans les derniers temps et qu’il compte s’impliquer davantage auprès de différents organismes.

Le Grand chevalier Lawrence Cotton aimerait regrouper toutes les campagnes de sollicitation dans une même grande guignolée dès l’an prochain.

Une seule et grande guignolée

Dans les prochaines semaines, les citoyens seront sollicités par d’autres organismes. En plus des Chevaliers de Colomb, certaines églises notamment organisent leurs propres campagnes de dons. Une situation que Larry Cotton aimerait améliorer dès l’an prochain. « L’idéal serait d’avoir une seule grande guignolée sur tout le territoire. Ce serait plus simple pour trouver des bénévoles et je crois que ce serait mieux pour les citoyens. Ce n’est pas important que ce soit les Chevaliers de Colomb qui soient mis de l’avant, le plus important c’est d’être efficace pour venir en aide à ceux qui en ont besoin. » M. Cotton avance que des discussions sont déjà en cours avec plusieurs organismes dans la région.

Du côté de Granby, S.O.S. Dépannage chapeaute l’organisation de la guignolée qui se déroulera le week-end prochain.