Il sera possible de manger une poutine tout en admirant les belles d'autrefois au parc Daniel-Johnson ce week-end. Les Voitures anciennes de Granby ne sont pas assujetties à la politique alimentaire de la Ville.

La friture permise au Granby International

La friture est bannie de la majorité des festivités à Granby. Mais il sera possible de manger une poutine en admirant les belles d'autrefois ce week-end aux Voitures anciennes de Granby. L'événement n'est pas assujetti à la politique alimentaire de la Ville, adoptée l'an dernier, a confirmé hier Patrice Faucher.
Le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire affirme que la politique alimentaire, entérinée par le conseil municipal en août 2013, cible majoritairement les enfants et s'applique donc, par ricochet, aux événements familiaux, tels Granby en fête et la Fête nationale. Le Granby International échappe à la politique, car il s'adresse en bonne partie à une «clientèle adulte», a fait valoir M. Faucher.
Le Challenger de Granby également n'est pas assujetti à la politique alimentaire de la Ville. «Il pourrait y avoir de la friture au Challenger. Mais il n'y en a pas. Ils (les organisateurs) respectent la politique», souligne Patrice Faucher.
Sensibilisation
M. Faucher affirme que la Ville a dû faire des choix lors de la rédaction de la politique. Celle-ci proscrit donc principalement la friture et les boissons énergisantes de type Red Bull. Le sucre n'est pas visé. Aussi, les enfants en particulier sont ciblés. Pour le reste, tout est une question de sensibilisation, estime-t-il. 
«Est-ce que l'ensemble de la population aurait pu être considéré? On avait des préoccupations avec (l'organisme) Jeunes en forme. C'est pour ça qu'on a surtout ciblé les enfants. Mais ça pourrait très bien s'appliquer au niveau des adultes, considérant qu'ils sont des modèles pour les enfants», convient le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire.
Tous les détails dans notre édition de mercredi