François Leduc, Jean-Thomas Lessard, Caroline Bisson, Julien Cabanac, Lucie Lequin et Paul Bergeron, de la Fondation pour la Sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska (SÉTHY).

La Fondation SÉTHY souffle 10 bougies

Les festivités pour souligner le 10e anniversaire de la Fondation pour la Sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska (SÉTHY) ont été lancées mercredi soir, alors qu'une cinquantaine de propriétaires de milieux naturels et des élus régionaux se sont réunis au Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin.
« Nous sommes ici pour célébrer tous les efforts et le travail avec les propriétaires de milieux naturels qui permettent de protéger notre environnement, mais aussi pour souligner l'implication de la Fondation SETHY depuis 10 ans », a souligné la présidente du conseil d'administration, Caroline Bisson. 
La Fondation SÉTHY aura officiellement 10 ans en juin. Durant ce mois, deux activités seront organisées afin de fêter en grand cette décennie. 
Le 3 juin prochain, une « visite découverte » sera organisée à la tourbière Saint-Charles, située à Granby, par l'organisme de conservation qui priorise la protection des quatre tourbières en Haute-Yamaska. « On ne cache pas qu'on rêverait y créer un sentier de découverte au courant des prochaines années », souligne le directeur général de la Fondation SÉTHY, François Leduc.
Quelques semaines plus tard, le 17 juin, les élus de la région seront invités à une balade en rabaska sur la rivière Yamaska Nord. « On recrée l'événement qui a été à l'origine de la création de la Fondation SÉTHY, explique Caroline Bisson. Les quatre membres fondateurs ont filé sur l'eau et ils ont été convaincus par la beauté de la nature que quelque chose devait être fait pour la protéger. »
Des experts en environnement accompagneront le groupe pour offrir de plus amples renseignements. 
« Encore beaucoup de travail à faire »
À la Fondation SÉTHY, on estime toutefois qu'il reste beaucoup de travail à faire dans la région pour protéger les milieux naturels. « Beaucoup de chemin a été parcouru. Nous avons rencontré plus de 500 propriétaires et ils se sont pour la plupart montrés ouverts. Mais il reste beaucoup de travail à faire. Lorsqu'il y a une possibilité de conservation, il y a des délais qui suivent avec ça », indique François Leduc. 
Le 12 juin prochain, lors de l'assemblée générale de la Fondation, la planification stratégique pour la décennie à venir sera dévoilée. « Ce sera notre orientation pour 10 ans, mais encore plus d'années vont suivre par la suite », espère Caroline Bisson.
« Nous allons poursuivre dans la même veine, mais on veut pousser encore plus l'aspect sensibilisation du public à la protection environnementale », précise M. Leduc, qui souhaite également augmenter le nombre de membres et attirer davantage de gens dans les milieux naturels « pour qu'ils comprennent la nécessité de conserver la richesse de la Haute-Yamaska ».  
Plusieurs bons coups ont été accomplis par la Fondation SÉTHY. Mais le meilleur, selon François Leduc, est le premier don écologique dans la tourbière de Saint-Joachim-de-Shefford. « Tout est accompli, en fait. Dès que la grève des juristes est terminée, on devrait avoir les signatures. Ce serait extraordinaire pour souligner les 10 ans », se réjouit-il.
Par ailleurs, la Caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska a annoncé une aide financière de 27 000 $ répartie sur trois ans, soit jusqu'en 2019.