Grégory Charles a joué au professeur d’histoire en interprétant des chansons de différentes époques, à la demande des spectateurs.

La Fondation des foyers de Farnham s'offre Grégory Charles en cadeau

La Fondation des foyers de Farnham souhaitait faire les choses en grand pour fêter ses 25 ans. Pour conclure cette année de célébrations, l’organisme de Farnham a convié ses donateurs à un concert de Grégory Charles dimanche après-midi à l’église Saint-Romuald. Ces derniers se sont déplacés en masse.

Une heure avant le spectacle, la file d’attente était telle qu’on chuchotait que les organisateurs avaient peut-être exagéré un brin la capacité d’accueil de la salle.

« Les places sont déjà toutes vendues, on a même manqué de billet ! », assurait Marc Longpré, le président de la Fondation, quelques minutes avant le spectacle. Selon les chiffres de la fondation, 770 personnes ont trouvé place à l’église.

La fondation souhaitait remercier la communauté de Farnham pour son soutien depuis ses tout débuts, en plus de faire du spectacle un événement caritatif. Selon les premières estimations, la vente de billets aurait permis d’ajouter entre 10 000 et 15 000 $ dans les coffres de la fondation.

L’équipe de direction a profité de l’occasion pour jeter un regard en arrière sur le travail qui a déjà été accompli. « Ce dont on est le plus fier, c’est d’être encore là après 25 ans, lance d’emblée Marc Longpré. Ça et les 1,5 million de dollars qu’on a redistribués à la communauté au fil des ans. »

Le président de la fondation des Foyers de Farnham Marc Longpré s’est réjoui des réalisations de l’organisme dans les derniers mois.

Comme le rappelait le président de la fondation, l’année 2018 en a été une de grandes réalisations. En juillet dernier, son équipe majoritairement composée de bénévoles dévoilait de nouveaux locaux aux Foyers Farnham au coût d’un demi-million de dollars.

Partager l’énergie

Après avoir chauffé la salle en improvisant à l’orgue, Gregory Charles a été rejoint par une trentaine de choristes formés à son académie. Loin de la formule traditionnelle du récital, l’artiste a joué au jukebox en demandant aux spectateurs de lui proposer des dates importantes de leur vie afin qu’il les explore musicalement. « Ça peut être l’année de votre naissance, de votre premier baiser ou de votre mariage par exemple. On va vous interpréter des pièces des années que vous allez nous suggérer », expliquait-il à la salle qui a rapidement été séduite par le concept.

En plus d’interpréter les classiques du siècle dernier, le professeur Charles a pris soin de rappeler le contexte dans lequel ces pièces ont été écrites.

Suivant les indications des organisateurs, tout a été fait pour rendre l’expérience encore plus agréable pour les résidents des Foyers Farnham. Des places de choix ont été réservées pour ceux qui pouvaient se déplacer et Grégory Charles a accepté que sa performance soit filmée et retransmise en direct sur des écrans géants dans les foyers pour ceux qui ne pouvaient être sur place. « C’est pour que tout le monde puisse profiter de son énergie », a souligné la vice-présidente de la fondation, Josée Robert.

La formation musicale de l’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand de Farnham a assuré la courte première partie du spectacle. Grégory Charles a rejoint les musiciens pour interpréter le classique de Ben E. King, Stand by Me.

Il s’agissait de la dernière prestation de Grégory Charles en 2018.

Projets à venir

Malgré le travail accompli, Marc Longpré assure que la fondation ne s’assoira pas sur ses lauriers. Des plans d’amélioration de l’aire de vie au deuxième étage de l’établissement trainent sur la table à dessins, avance le président, « mais c’est un travail de 7 ans et ça devra impliquer d’autres partenaires », avertit-il. En attendant, la fondation promet d’être à l’écoute des besoins des résidents et de continuer à œuvrer à améliorer leurs conditions de vie.