L'une des administratrices de la Ferme Héritage Miner, Céline Gauthier, assure que tout n'est pas terminé pour l'organisme. La location de salles et le marché public se poursuivent malgré la fermeture de la boutique.

La Ferme Héritage Miner n'a pas dit son dernier mot

Même si la Ferme Héritage Miner cesse ses activités samedi, les administrateurs n'ont pas dit leur dernier mot. Non seulement ils travaillent à la restructuration de la ferme, mais ils invitent également la population à s'impliquer de diverses façons ou en proposant des idées dans ce projet de relance. Preuve que tout n'est pas terminé, le marché public et la location de salles se poursuivent.
Aux prises avec des difficultés financières, la Ferme Héritage Miner ferme ses portes samedi. Une liquidation des produits dans la boutique se déroulera dimanche, ce qui permettra entre autres à l'organisme d'amasser des fonds.
« Ce n'est pas tout qui s'éteint », a assuré Céline Gauthier, l'une des administratrices de la Ferme Héritage Miner (FHM) de Granby, en entrevue avec La Voix de l'Est vendredi.
Aux prises avec des difficultés financières, la ferme se voit dans l'obligation de fermer. L'inventaire de la boutique sera d'ailleurs en liquidation dimanche de midi à 16 h, ce qui permettra à l'organisme d'amasser des fonds, mais également de faire connaître les producteurs, précise Mme Gauthier.
S'impliquer dans le plan de relance
À la suite de l'annonce en décembre de la fermeture de la ferme, en activité depuis huit ans, une mobilisation s'est créée autant chez les citoyens que les entreprises. Le projet de relance est d'ailleurs celui de toute la communauté, dit Mme Gauthier. « La ferme appartient à tous les citoyens. C'est vraiment unique. C'est une ferme patrimoniale, écotourisque et c'est urbain. On est assez unique au Québec. »
La réaction des citoyens a incité la ferme, par le biais de bénévoles, à créer la page Internet
sauvons.fermeheritageminer.ca­­, qui s'adresse aux personnes intéressées à s'impliquer dans le projet de relance. Un espace est réservé à ceux qui veulent soumettre une idée.
Les personnes qui souhaitent s'impliquer, que ce soit pour la relance de la ferme, sur le plan financier, au niveau des opérations ou de la gestion, par exemple, peuvent également remplir un formulaire prévu à cet effet. « On est conscients du joyau qu'on a et on invite tout le monde à participer dans la mesure où ils sont capables, avec leurs expertises, leurs passions », précise Céline Gauthier. 
Jusqu'à maintenant, huit personnes s'impliquent dans le comité de relance. « On a un beau comité qui est en train de se former. On est déjà huit personnes actives, mais je ne peux pas donner de noms encore. Il y a un bel organigramme de monté et il y aura différents comités de formés en fonction des besoins. Pour mener la barque, ça prend bien des bras et des têtes ! » explique Mme Gauthier.
Vision à long terme
La mission de la ferme ne sera pas perdue de vue lors des discussions pour relancer ses activités, assure-t-elle. « C'est de se dire quelles sont les prochaines directions et d'avoir une vision à long terme. Les gens autour de la table, ce sont des visionnaires. »
L'organisme veut également impliquer le propriétaire du site, la Ville de Granby et un de ses partenaires, le Zoo de Granby, dans ses démarches.
En attendant le plan de relance, certaines activités poursuivent leur cours. Le marché public se déroulera à la Ferme les 11 février, 11 mars et 13 mai 2017, et les locations de salles demeurent possibles, que ce soit pour la grange, la maison ou la laiterie (saison estivale). « C'est une bonne nouvelle ! Il y a une équipe de bénévoles qui va continuer la location », dit Mme Gauthier.