Le dossier de la Ferme Héritage Miner a de nouveau rebondi, lundi soir, à l'assemblée publique du conseil municipal de Granby.

La Ferme Héritage Miner dirigée par Commerce et tourisme Granby et région?

Revirement de situation: l'avenir de la Ferme Héritage Miner (FHM) pourrait-il être confié à Commerce et tourisme Granby et région (CTGR)? C'est ce qu'a laissé entendre un des membres du comité de relance de l'endroit, Luc Perron, lundi soir, lors de la séance ordinaire du conseil municipal.
À la suite de discussions avec le maire, Pascal Bonin, le conseil d'administration aurait décidé de donner un « tournant » à la FHM, lors d'une assemblée générale, à la mi-février, «en plaçant la Ferme sous la gouverne de Commerce et tourisme», a affirmé M. Perron. 
Celui-ci a du même souffle souhaité aux membres du conseil, dont le maire Bonin et la conseillère Julie Bourdon, qui siègent au conseil d'administration de la corporation de développement commercial et touristique de Granby et région, un «plein succès pour que notre héritage, notre identité granbyenne, rayonne à l'échelle du Québec». 
Selon Luc Perron, la pétition lancée le mois dernier pour la relance de la Ferme, aux prises avec de sérieuses difficultés financières, a récolté quelque 1000 signatures. Mais un frein y a été mis puisque la relance a pris une autre tournure, a-t-il fait valoir. 
Cela ne change toutefois rien au prochain marché public prévu dans la grange le 11 mars prochain, a précisé Luc Perron. 
Autre information annoncée lundi soir: même si le conseil d'administration souhaiterait confier les guides de la FHM à Commerce et tourisme Granby et région, il a par ailleurs donné le feu vert, un peu plus tôt en février, à la tenue cet été d'un camp de jour d'immersion anglaise, a laissé savoir M. Perron. 
Discret
Au terme de la séance du conseil, le maire de Granby, Pascal Bonin, a cependant refusé de commenter ces informations. «Pour moi, le sujet n'est pas public. Le conseil d'administration (de la FHM) a acheminé quelque chose à la Ville. Mais la Ville doit faire son analyse. Il (M. Perron) a voulu sortir un scoop. Et c'est correct. Il a le droit. Mais j'ai le droit de ne pas vouloir en parler», a laissé tomber le maire Bonin aux médias. 
«M. Perron a lancé publiquement quelque chose qui n'aurait pas dû être lancé publiquement», a-t-il ajouté. 
Lors de l'intervention de Luc Perron, à l'occasion de la période de questions, le maire a en outre affirmé qu'il entendait demeurer «neutre» et que ce serait aux conseillers municipaux de se prononcer sur le sujet au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Mais, pour l'heure, le dossier n'aurait pas encore fait l'objet- de discussions parmi les élus. 
Le mois dernier, Luc Perron s'était également adressé au conseil municipal, mais pour demander une aide financière de 25 000 $ pour donner un coup de main aux bénévoles qui souhaitent donner un nouvel élan à la FHM. Le sujet devait être discuté à la table du conseil, mais il semble que les discussions semblent maintenant vouloir prendre une autre tournure.