Moins de six mois après avoir été élu par acclamation, Patrick Binckly claque la porte du conseil municipal de Stukely-Sud.

La dissolution de comités dérange à Stukely-Sud

La décision du conseil municipal de dissoudre trois comités sur lesquels siègent des bénévoles n’a pas plu à la quarantaine de citoyens présents à la séance du conseil, lundi soir à Stukely-Sud.

Les élus ont résolu de dissoudre les comités de la circulation, de la voirie et de l’environnement, sur lesquels plusieurs citoyens étaient impliqués bénévolement.

Si le maire Patrick Leblond indique que celui de la circulation était inactif, aucun détail supplémentaire n’a été donné concernant les autres comités, que les citoyens qualifiaient pourtant de très dynamiques.

Au cours de la période prévue à cet effet, le maire Patrick Leblond a fait face à un feu roulant de questions de la part de citoyens indignés par la mesure.

L’élu a plaidé que le mandat de ces comités était en voie d’être revu et qu’ils seraient remis sur pied une fois que le conseil aurait statué sur leur mission. « Des comités, il y en aura, mais pas dans la forme actuelle », a-t-il fait valoir, s’engageant à faire le suivi avec les citoyens « dans quelques semaines ».

Des Dilligents ont avancé que le conseil aurait pu emprunter d’autres avenues, telle la suspension temporaire des activités des comités, plutôt que leur abolition, qu’ils jugent drastique.

D’autres ont clamé que l’initiative du conseil, annoncée à la dernière minute aux membres des comités, décourageait les citoyens de s’impliquer au sein de la communauté lorsqu’ils pourront à nouveau le faire.

Après 25 minutes à subir les interrogations et les critiques des citoyens, M. Leblond a coupé court à la période de questions, sous prétexte que le temps alloué était écoulé. Il a ensuite demandé la levée de la séance, malgré les protestations bruyantes des citoyens mécontents.

Dissidence
Les résolutions officialisant la dissolution des comités ont été adoptées à la majorité. Seule la conseillère Julie Royer s’est prononcée contre la mesure.

Invitée par La Voix de l’Est à justifier sa dissidence, l’élue a déclaré qu’elle aurait préféré que le travail des comités soit mis sur pause plutôt que rejeté du revers de la main. « Je pense surtout aux personnes qui ont donné beaucoup dans ces comités », a-t-elle ajouté, visiblement déçue.

Un conseiller démissionne
Pour manifester son désaccord avec la dissolution des comités, Patrick Binckly a démissionné lundi, moins de six mois après avoir été élu par acclamation. Pendant la séance, il était assis du côté des citoyens et non à la table du conseil.

En plus de délaisser son siège, M. Binckly se retire des deux comités auxquels il prenait part, et qui ont de toute façon été abolis. Il en avait avisé le maire dans une lettre remise plus tôt en journée.

Malgré le fait que le document est devenu public du fait de son dépôt en début de séance, M. Leblond a refusé d’en dévoiler le contenu, alléguant que les motifs de M. Binckly étaient « personnels ». Le conseiller démissionnaire en a toutefois fait parvenir une copie à La Voix de l’Est après l’assemblée.

Dans la missive, M. Binckly dénonce que les bénévoles siégeant sur ces comités ont été « congédiés » de manière « cavalière » et « irrespectueuse ». « En campagne électorale, il souhaitait prendre le pouls des citoyens, a-t-il dit du maire, lundi. En abolissant ces comités, il fait l’inverse. »

Le citoyen reproche au nouveau maire de ne pas contribuer au changement qu’il avait promis en se portant candidat à la mairie. « Je ne me suis pas présenté comme conseiller pour m’asseoir sur ma chaise et collecter mon chèque de paie à la fin du mois », écrit aussi M. Binckly dans sa lettre.

Il montre également du doigt le conseil municipal qu’il qualifie d’« en grande partie amorphe », mais aussi l’administration de la municipalité, plus particulièrement à la direction générale, qu’il accuse de trop s’ingérer dans le travail du conseil municipal et d’être trop préoccupée par « son propre intérêt ».

Cela nuit et continuera de nuire à la municipalité, a-t-il fait valoir dans sa lettre adressée au maire. « Vous avez dans votre entourage des personnes qui ne travaillent ni pour vous ni pour le bien-être collectif, et ce, depuis de nombreuses années. Ce sont d’ailleurs ces personnes qui empêchent toute évolution au sein de notre communauté », affirme M. Binckly.

Le maire Leblond ne s’est pas formalisé de la démission de M. Binckly. « Je respecte les décisions de chacun. Il a pris position, ça lui appartient », a-t-il déclaré, lundi soir, en marge de l’assemblée publique.