La Régie intermunicipale se retrouve sans directrice générale à la suite du congédiement, la semaine dernière, de Carole Lebel par le conseil d’administration de l’organisme.

La directrice générale de la RIGMRBM congédiée

COWANSVILLE — La directrice générale de la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi, Carole Lebel, a été licenciée. Elle entend contester son renvoi.

« Nous avons mis fin à son lien d’emploi », a confirmé Yves Lévesque, président du conseil d’administration de la RIGMRBM et maire de Bedford. Il n’a pas voulu dévoiler les raisons ayant mené au congédiement de Mme Lebel, expliquant que le dossier n’était pas encore fermé. « Ce n’est pas encore réglé. On est en pourparlers avec elle pour avoir un règlement. Je ne peux en dire plus parce que ce sont des informations confidentielles », a-t-il dit lorsque joint mardi.

Le congédiement de Mme Lebel survient alors qu’une plainte de harcèlement psychologique qu’elle a formulée cet automne pèse contre M. Lévesque.

Les huit membres du conseil d’administration ont unanimement appuyé la résolution de renvoi la semaine dernière. En décembre, M. Lévesque avait été contraint de retirer la résolution de congédiement puisqu’une majorité des membres du conseil s’y opposait. Ils préféraient qu’une entente négociée sur son départ prévale.

« J’ai des droits »
En entrevue mardi, Mme Lebel s’est dite peinée de la décision de la Régie. « C’est une situation désolante à vivre surtout quand on s’applique à bien faire son travail », a-t-elle réagi. Elle entend toutefois contester son congédiement. « Il est certain que j’ai des droits et que je les ferai valoir devant le tribunal administratif du travail », a-t-elle affirmé à La Voix de l’Est. Elle tient à réintégrer ses fonctions.

Mme Lebel est entrée en poste en janvier 2015. Depuis l’arrivée de M. Lévesque à la présidence du conseil d’administration de la Régie à l’automne 2016, les deux ont eu des difficultés à travailler ensemble. Le tout a basculé au printemps 2017 lorsqu’il aurait durement critiqué son travail en présence des trois autres maires dont les municipalités sont également propriétaires du site d’enfouissement, soit Cowansville, Dunham et Farnham.

M. Lévesque n’aurait pas apprécié qu’elle ait demandé un avis juridique sur la légalité d’offrir à la compagnie Matrec la gestion d’un site d’enfouissement de propriété publique. Des discussions avaient cours entre le président de la Régie et la multinationale à cette fin.

Quelques jours après cet événement, Mme Lebel a obtenu un congé de maladie de son médecin. Elle était en arrêt de travail lorsqu’elle a été congédiée.

Prolongation d’emploi
Le conseil d’administration a par ailleurs accordé une prolongation d’emploi à Réjean Houle. L’ancien partenaire d’affaires de M. Lévesque continue de donner un coup de main à la gestion administrative de la Régie, a indiqué le président.

M. Houle a été embauché en 2016 sur une base temporaire. Aucun appel de candidatures n’a été fait, ce qui avait fait tiquer quelques membres du conseil d’administration. Il travaille de deux à trois jours semaine et est payé 45 $ de l’heure.

« On a le privilège d’avoir quelqu’un de flexible, de compétent et de disponible », a dit M. Lévesque au sujet de M. Houle.

La direction générale sera assumée par « les gens en place », a dit M. Lévesque.