Située dans le parc industriel de Granby, la rue du Luxembourg accueillera les nouveaux locaux d’une entreprise locale qui déménage.

La croissance du parc industriel de Granby se poursuit

Une nouvelle usine sera construite dans la rue du Luxembourg, située dans le parc industriel de Granby. Une entreprise locale y déménagera ses installations.

La vente du lot de la rue du Luxembourg a été autorisée lundi par le conseil municipal au prix de 71 265 $.

L’entreprise, qui préfère annoncer la nouvelle à ses employés avant de dévoiler son nom dans nos pages, manque d’espace dans ses locaux actuels. Sa relocalisation lui permettra de continuer sa croissance. Il ne s’agit toutefois pas d’un projet de la même ampleur que celui développé par L.B. Maple Treat, précise le maire de Granby, Pascal Bonin.

« Ça va excessivement bien dans le parc industriel, mais ça va nous prendre de nouveaux terrains ! », commente-t-il, tout sourire.

« En effet, il y a beaucoup de projets dans le parc, confirme Patrick St-Laurent, directeur général de Granby Industriel. Sur la rue Arthur-Danis, le Groupe Millet Plastics est en train bâtir. À côté, il y a le projet de L.B. Maple Treat. Il y a un autre terrain pour lequel il y a des discussions pour finaliser une offre d’achat à une entreprise de Granby, que je ne peux pas nommer, mais qui est de l’envergure de L.B. Maple Treat. »

Il reste encore deux millions de pieds carrés disponibles dans la rue Arthur-Danis. Deux terrains sont aussi disponibles en face du Centre d’innovation et de technologies industrielles de Granby (CITIG), qui abrite les bureaux de Granby Industriel. Ce secteur sera bientôt desservi par les services municipaux.

La Ville souhaite aussi rallonger la rue du Luxembourg jusqu’à la rue Arthur-Danis pour rejoindre les terrains à l’arrière des installations d’Agropur.

Maximiser les terrains
Patrick St-Laurent admet qu’il faut planifier à long terme, et que l’acquisition de terrains pour développer le parc industriel est à envisager par la Ville.

Cependant, il n’y a rien d’alarmant. Les entreprises de Granby qui se relocalisent dans des locaux neufs en laissent d’autres vacants, qui peuvent donc accommoder d’autres compagnies.

Des règlements adoptés par la Ville de Granby viennent aussi assurer que le développement des nouveaux terrains soit optimisé, ajoute M. St-Laurent. Désormais, la construction d’un bâtiment doit occuper un minimum de 30 % du terrain.

Également, l’édifice peut occuper plus de 50 % du terrain, l’ancienne limite maximale, pourvu que les règlements municipaux soient respectés.

« Je pense que, malgré ce qui se passe avec le libre-échange, les carnets de commandes dans les entreprises sont majoritairement en très bonne condition. Je dirais même que l’enjeu de la main-d’œuvre vient parfois bloquer les possibilités de nos entreprises », conclut le directeur général de Granby Industriel.