L'équipe de Granby Industriel a présenté mercredi les faits saillants de son rapport annuel et de l'enquête industrielle.

La croissance au rendez-vous dans le secteur industriel

Avec la création nette d’emplois la plus importante depuis sept ans, le secteur industriel en Haute-Yamaska a poursuivi sa croissance en 2018, comme tendent à le démontrer les résultats de la récente enquête annuelle réalisée par Granby Industriel.

Pas moins de 386 emplois moyens nets (en excluant les grandes variations saisonnières) ont été créés dans la région l’an dernier. Cela représente une hausse de 4 % comparativement à 2017, malgré la rareté de main-d’œuvre, a souligné mercredi le coprésident du conseil d’administration de Granby Industriel, Éric Nadeau, à l’occasion d’un point de presse.

En 2018, 10 099 emplois industriels ont été comptabilisés dans la Haute-Yamaska, dont 8918 à Granby, contrairement à 9713 emplois dans la MRC en 2017 et 8571 dans la ville centre. Les secteurs ayant connu la plus forte croissance des emplois sont les plastiques et caoutchoucs (+122) ainsi que les vêtements et textiles (+77), selon l’enquête réalisée à la fin 2018 auprès de 347 entreprises industrielles. 

L’automatisation et la modernisation sont assurément à l’agenda de plusieurs entrepreneurs, relève le directeur général de Granby Industriel, Patrick St-Laurent. Mais cela n’a pas un effet à la baisse sur le nombre d’emplois. Au contraire. Certains emplois sont, dans la foulée, déplacés vers des postes à valeur ajoutée. Et la croissance est au rendez-vous pour les entreprises qui empruntent cette voie. Ce qui peut générer la création d’autres emplois, fait-il valoir.

Investissements

Après une année record en 2017, les investissements industriels ont pour leur part connu une baisse de 5,4 % en Haute-Yamaska en 2018, alors qu’ils ont atteint
138,7 millions $. Comparé aux dernières années, le total des investissements à Granby se situe néanmoins au deuxième rang depuis 2010.

« Je ne considère pas que c’est une baisse, ce sont quand même des investissements importants qui sont réalisés », estime Éric Nadeau.

Plus de 55 % des investissements ont été consacrés à l’achat de machinerie et d’équipements et près de 8 % ont été alloués à la recherche et au développement, détaille Éric Tessier, directeur développement industriel.

Selon lui, une hausse importante des investissements a été observée dans le secteur des produits métalliques, alors qu’une diminution a été notée dans celui des aliments et boissons, dont les projets majeurs ont été complétés l’an dernier. 

Avec la construction annoncée de trois nouvelles usines (LB Maple Treat, Gicleurs FF et Atlas Aeronautik), ainsi que la réalisation de quelques projets d’agrandissement, les perspectives sont encourageantes pour 2019. « On ne peut pas prévoir, mais je pense que 2019 va encore être une année super intéressante, si ce n’est pas un nouveau record », lance, enthousiaste, Patrick St-Laurent. 

Le lancement du TechnoLab 164 est le «hit de l'année», estime le coprésident du conseil d'administration de Granby Industriel, Éric Nadeau.

Industries 4.0.

Chose certaine, la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’ensemble des entreprises demeure un des enjeux de l’heure, selon Éric Tessier. Granby Industriel continuera à accentuer ses efforts pour appuyer les démarches de recrutement des entrepreneurs. 

L’enquête industrielle révèle en outre que les perspectives d’embauches demeurent élevées, alors que 167 entreprises de la Haute-Yamaska prévoient recruter en 2019 quelque 905 personnes. Un défi de taille dans le contexte actuel, qui pourrait limiter la croissance des entreprises, avance le directeur développement industriel. 

Autre enjeu d’importance, Granby Industriel veut par ailleurs accompagner davantage les entreprises qui souhaitent effectuer le virage de l’industrie 4.0., soit l’intégration des technologies liées au numérique et à l’automatisation intelligente, qui peut leur permettre d’améliorer leur productivité et leur compétitivité.

« Éric et moi allons créer une cohorte, idéalement de huit, dix, douze entreprises qui sont intéressées par ça. La première étape sera de faire un diagnostic, ce qu’on appelle l’audit 4.0. Cet audit-là sera payé à 100 % par Québec. Ça déterminera la maturité numérique de l’entreprise. À partir de là, un plan d’action adapté à chacun pourra être fait pour que les entreprises puissent prévoir les investissements requis pour les prochaines années », note Patrick St-Laurent, en soulignant que les entreprises québécoises sont en retard dans ce domaine comparé aux entreprises européennes. 

Sinon, l’année 2018 du volet Entrepreneuriat Haute-Yamaska a entre autres été marquée par la mise en place du nouveau Fonds de microcrédit agricole de la Haute-Yamaska. Quatre promoteurs ont bénéficié d’un prêt sans intérêt remboursable sur cinq ans. Un appel de candidatures est actuellement en cours pour cette année. 

Le lancement du projet TechnoLab 164, qui permet à des entrepreneurs d’avoir accès à des équipements spécialisés pour réaliser un prototype de leurs produits et tester le marché, est le « hit de l’année », estime finalement le coprésident du conseil d’administration de Granby Industriel, Éric Nadeau.