Le directeur du Service de police de Granby, Marco Beauregard.

La criminalité en baisse à Granby

L'année 2016 a été marquée par la baisse de la criminalité et la hausse du taux de solution des crimes au Service de police de Granby. Seule ombre au tableau : les collisions routières sont à la hausse.
« C'est une bonne année 2016. La criminalité continue de baisser et le taux de solution est en hausse. On ne peut pas faire autrement qu'être satisfait », a indiqué Marco Beauregard, jeudi, lors de la présentation du bilan annuel du service de police qu'il dirige. 
Le service de police de Granby a rapporté 2669 crimes en 2016 comparativement à 2778 en 2015, soit une diminution de près de 4 %. « C'est une tendance nationale depuis une dizaine d'années qui s'est poursuivie », dit le directeur. 
Les chiffres sont notamment « éloquents » au chapitre des crimes contre la propriété, souligne M. Beauregard. Les policiers en ont dénombré 1137 en 2016 comparativement à 1309 en 2015, ce qui représente une baisse de plus de 13 %. 
Les incendies criminels ont fondu de 68 % et les introductions par effraction et les vols ont diminué de près de 23 % en 2016. Les vols commis dans des véhicules, les fraudes et les méfaits sont aussi en baisse.  
En contrepartie, les vols de voitures ont connu une hausse de plus de 30 %, avec 21 crimes de plus que l'année précédente. « Avec 68 vols en 2015, c'était un creux historique », précise M. Beauregard. Les vols à l'étalage et les méfaits sur véhicule sont également en augmentation. 
Le directeur n'a d'ailleurs pu passer sous silence l'opération d'envergure Muraille qui a mené à 50 arrestations et au démantèlement d'un important réseau de trafiquants de drogues qui oeuvrait à Granby et dans la région. 
« C'est la concrétisation d'un des plus grands projets réalisés à Granby et dans la région qui avait débuté en 2013. C'est assurément la plus importante opération du genre réalisée chez nous », relève-t-il. 
Deux meurtres, trois tentatives 
Les crimes contre la personne sont aussi en baisse. Les policiers en ont rapporté 413 en 2016 comparativement à 447 en 2015, soit une réduction de 7,6 %. Si les vols qualifiés ont diminué de moitié en 2016 et que les voies de fait et les menaces sont à la baisse, deux meurtres ont été commis à Granby lors de la dernière année.
Caroline Choinière a été assassinée par son colocataire dans son appartement de l'avenue du Parc, en janvier, et l'incendie qui a coûté la vie à une mère de famille en décembre, rue des Bois-Francs, est désormais considéré comme un homicide. 
Trois tentatives de meurtre sont également survenues sur le territoire de Granby, dont une à l'endroit d'un motard en août dernier au camping Estrival. 
Les crimes à caractère sexuel sont quant à eux en hausse de près de 40 %, une situation attribuée en partie aux plaintes déposées contre des Frères du Sacré-Coeur. Une hausse fulgurante de 75 % a été constatée au chapitre des lois fédérales et provinciales. Soixante-quatorze des 156 dossiers sont des automobilistes qui conduisaient sans assurance automobile, ce qui est une obligation au Québec.
Le taux de solution des crimes a atteint 63 % en 2016, soit une augmentation de près de 4 % par rapport à 2015. « C'est un taux qui nous place en peloton de tête au niveau provincial. On est très satisfait », note le directeur. 
Plus de collisions
Le bilan annuel est moins reluisant au chapitre de la sécurité routière. Les policiers sont intervenus sur 369 collisions avec blessés en 2016 comparativement à 296 en 2015, ce qui représente une augmentation de 24 %. 
Trois collisions fatales sont également survenues en 2016 à Granby. Un motocycliste a perdu la vie dans le chemin Robitaille, un conducteur est mort dans l'embardée de son véhicule sur la rue Saint-Charles et un conducteur est décédé après une collision frontale sur le boulevard Pierre-Laporte. 
« Notre bilan routier nous amène à se questionner, dit le directeur. Le bilan provincial s'est amélioré. Ici, il s'est détérioré. »
Le message semble encore passer difficilement auprès des conducteurs en matière d'alcool au volant. Les policiers ont arrêté 203 personnes en état d'ébriété en 2016 comparativement à 164 en 2015, une hausse de près de 24 %. « Ces hausses-là ont été observées à plusieurs endroits au Québec », note M. Beauregard. 
Contraventions 
Près de 23 000 contraventions ont été données en 2016 à Granby, dont 10 000 par les préposés au stationnement. Les policiers en ont quant à eux délivré 12 904 l'année dernière comparativement à 14 240 en 2015.
La hausse des amendes imposées et un meilleur respect des limites de vitesse expliquent la diminution. Le conflit de travail des policiers y est aussi pour quelque chose. « C'est un des moyens de pression qui est reconnu au Québec », dit le directeur.
Des projets dans les cartons
Mise à niveau du quartier général, implantation d'une billetterie électrique, sécurisation du réseau routier et lutte au crime organisé. L'année 2017 sera chargée au sein du Service de police de Granby. 
D'abord, un quart de million sera investi pour la mise à niveau du quartier général. L'entrée du quartier cellulaire sera sécurisée, les salles d'entrevue seront modifiées pour être plus conviviales, notamment pour la rencontre de victimes, et la salle de rédaction des rapports sera modernisée.
L'ère du papier et crayon sera aussi bientôt révolue pour la rédaction des contraventions par les policiers et les préposés au stationnement. Une billetterie informatisée sera implantée à compter de l'été au coût de 175 000 $.
Tous les véhicules du service attitrés à la surveillance du territoire seront équipés de la technologie pour remplir de façon électronique les contraventions et les imprimer par la suite.  
Trois nouvelles voitures de patrouille seront par ailleurs commandées à l'automne pour renouveler une partie de la flotte de véhicules. La facture est évaluée à 60 000 $ pour chaque voiture. Le service possède déjà une nouvelle voiture, un Dodge Charger, qui est utilisée depuis peu par les patrouilleurs.  
Sécurité routière et crime organisé 
Le service de police a également ciblé une liste de priorités pour 2017, à commencer par la sécurité routière. «On va poursuivre les efforts», assure le directeur Marco Beauregard.
Les routes à haut débit de circulation situées dans les zones de 50 km/h et moins feront l'objet d'une surveillance accrue notamment les rues St-Hubert, Denison et Leclerc.  
Les endroits où surviennent le plus d'accidents seront également identifiés par les policiers pour intensifier la surveillance dans le but d'améliorer le bilan routier.
La lutte au crime organisé sera également une des principales préoccupations du service qui a mis la main au collet de plusieurs membres affiliés à des groupes criminalisés lors de l'opération Muraille en juin 2016. Une révision des programmes de prévention sera aussi entamée.
L'ERM Granby déménage
L'Escouade régionale mixte de Granby déménage. Les policiers qui avaient établi leurs quartiers généraux à Granby seront désormais installés à Sherbrooke. Malgré le déménagement, les membres de cette unité continueront à enquêter à Granby, assure Marco Beauregard. 
«C'est à contrecoeur que l'ERM quitte Granby, mais physiquement seulement», précise le directeur du Service de police de Granby. 
L'ERM est composée de policiers de la Sûreté du Québec ainsi que ceux des services de police de Granby, Sherbrooke et Magog. Leur mandat est principalement la lutte aux stupéfiants et au crime organisé. Granby était jusqu'ici une sous-section de l'escouade estrienne. 
Le déménagement des policiers vers le bureau central situé à Sherbrooke dans les prochains jours a été motivé par une réorganisation des effectifs policiers sur le territoire à la suite de la remise en liberté des personnes arrêtées lors de l'opération SharQc et ainsi que celles associées à la mafia italienne, explique M. Beauregard. 
Des contraintes budgétaires ont aussi pesé dans la balance. «On continue à participer à l'ERM. Nos partenaires m'ont assuré qu'on va continuer à travailler sur le terrain», mentionne le directeur.