On voit ici un plan de la clinique de la coop de santé d’Acton, présentement en construction.

La coopérative de santé d’Acton recrute

La région d’Acton pourra compter deux médecins supplémentaires en 2019. C’est du moins le souhait de la coopérative de santé, qui est en mode séduction pour attirer des omnipraticiens au sein de son équipe, qui emménagera dans sa nouvelle clinique d’ici la fin février.

La pénurie de médecins dans la MRC d’Acton est en voie d’être endiguée. Selon les plus récentes données des plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM), qui servent de balises pour attribuer les médecins à travers le Québec, un médecin qui commence dans la profession et que l’on nomme « nouveau facturant » pourra être recruté en 2019 sur le territoire desservi par le CLSC Acton. Idem en ce qui concerne un omnipraticien qui pratique déjà. Une nouvelle qui tombe à point pour la coopérative de santé. « On a travaillé tellement fort pour sortir la tête de l’eau. C’est bien que nos efforts soient reconnus. Et le PREM est un bel exemple », a indiqué en entrevue la directrice générale de la coop, Nicole Saulnier.

La cible a été fixée à 10 médecins pour desservir la population. À ce jour, la coop compte sept docteurs. À cela s’ajoute Dre Isabelle Lafontaine, qui travaille dans son propre cabinet à Acton Vale. L’opération séduction est bien entamée auprès de futurs médecins. Au cours des dernières semaines, Mme Saulnier a rencontré trois candidats ayant démontré de l’intérêt à venir pratiquer dans la région. En ce qui concerne le recrutement d’un omnipraticien déjà en activité, la DG publiera notamment des offres dans des magazines spécialisés.

La directrice générale de la coopérative de santé d’Acton, Nicole Saulnier

Incitatif

Le milieu de travail est un grand incitatif pour recruter des médecins. Un atout qui favorise la coop de santé, qui doit s’installer dans un tout nouveau bâtiment, attenant à la pharmacie Uniprix située à l’angle du boulevard d’Acton et de la rue de Roxton. Les ouvriers sont à pied d’œuvre pour terminer la construction de la clinique, dont l’ouverture est prévue le 24 février. 

Outre le quartier général tout neuf ayant sa propre « mini-urgence », l’organisation se dotera d’équipements à la fine pointe. À ce chapitre, la MRC d’Acton a accordé à la coop des subventions totalisant près de 100 000 $ pour boucler son budget. Le nouveau bâtiment pourra accueillir 10 médecins, deux infirmières, des travailleurs sociaux et des nutritionnistes, a résumé Mme Saulnier.

Autre réalisation, la coop, qui a 3000 membres, a atteint son objectif de devenir un Groupe de médecine de famille (GMF). Pour ce faire, l’organisation a franchi le cap de 6000 patients « pondérés », soit le nombre minimum pour l’obtention de l’accréditation de GMF par le ministère de la Santé. « C’est très stimulant, car on livre la marchandise. On a un taux d’assiduité à 95 %. Nos patients viennent nous consulter. Et ces patients pris en charge chez nous désengorgent les urgences des hôpitaux de Drummondville, Saint-Hyacinthe et Granby. On sent vraiment que l’on fait la différence pour la population. »