La Clinique médicale du Collège, située à Saint-Césaire, souhaite ajouter un cinquième omnipraticien à son équipe.

La Clinique du Collège de Saint-Césaire recrute

La Clinique médicale du Collège est en mode recrutement afin d’ajouter un cinquième omnipraticien à son équipe, à Saint-Césaire. Un partenariat avec Saint-Pie est envisagé pour combler le besoin de médecins dans les deux municipalités.

La Clinique médicale du Collège célébrera cette année son 10e anniversaire. Un moment charnière. Selon le Dr Jean Désormeau, qui s’occupe du recrutement d’effectifs pour l’organisation, près de 1500 personnes y sont en attente d’un médecin de famille. « On serait bien contents d’avoir un autre omnipraticien, a-t-il indiqué en entrevue. [...] Ça permettrait de prendre en charge la quasi-totalité de la clientèle. »

Or, le recrutement dépend des plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM), dévoilés chaque année par le gouvernement du Québec. Les PREM servent de balises pour attribuer les médecins par secteurs, tant ceux qui commencent dans la profession, que l’on nomme « nouveaux facturants », que ceux qui pratiquent déjà. Pour l’ensemble du territoire du réseau local de services (RLS) Haut-Richelieu-Rouville, on prévoit l’ajout de cinq nouveaux facturants et d’un docteur qui travaille dans le réseau.

Le Dr Désormeau ne se fait toutefois pas d’illusion. « Les nouveaux facturants sont très “tagués”. Il y a tout un processus de sélection. [...] Auparavant, la région était plus favorisée. Mais ça a bien changé dans le territoire du Haut-Richelieu-Rouville depuis deux ans, avec la réforme de Gaétan Barrette [ex-ministre de la Santé]. »

Actuellement, l’équipe de la Clinique médicale du Collège, qui compte 4000 patients inscrits, est constituée de trois médecins qui pratiquent depuis 5 à 10 ans. Le dernier du groupe a plus de 30 ans d’expérience, a souligné le Dr Désormeau, qui cumulera en juillet prochain 35 ans de pratique. L’idéal, a-t-il précisé, serait de recruter un omnipraticien « en milieu de carrière ». « Ça prend un médecin qui cadre avec la nouvelle façon de travailler, entre autres avec l’accès adapté et les dossiers informatisés. »

Partenariat avec Saint-Pie ?

La succession des départs de médecins à Saint-Pie a laissé un trou béant dans la prise en charge de patients. De fait, le Dr Pierre Milette est récemment retraité et le Dr Stéphane Poulin a quitté pour pratiquer au privé à Saint-Hyacinthe. Ainsi, seul le Dr Jacques Desroches demeure en poste à la clinique Santé plus, affiliée au GMF Maska. Or, le CISSS de la Montérégie-Est a confirmé à La Voix de l’Est qu’« à ce moment-ci, il n’y a pas de nouveaux médecins prévus pour la municipalité de Saint-Pie » via le PREM.

Bien que le dossier soit embryonnaire, le Dr Désormeau a évoqué une possible collaboration de la Clinique médicale du Collège avec celle de Saint-Pie. « Je dois aller rencontrer bientôt les gens à Saint-Pie [au sujet d’un partenariat]. Mais, c’est évident que je ne veux pas déshabiller Pierre pour habiller Jean », a-t-il imagé.

Selon le Dr Désormeau, de tels regroupements sont incontournables. « Si des cliniques ne sont pas affiliées en GMF, possiblement qu’elles mourront de leur belle mort. Le recrutement de médecins sera quasi impossible. »

Il n’a pas été possible d’obtenir lundi les commentaires du maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre.