Le point de presse qui devait permettre au CIUSSS de l’Estrie - CHUS d’annoncer la fermeture prochaine de la clinique d’accès de Granby a été repoussée à une date ultérieure.

La clinique d'accès de Granby en sursis

Sursis pour la clinique d’accès de Granby. Le point de presse de jeudi, lors duquel le CIUSSS de l’Estrie - CHUS devait annoncer la fermeture prochaine de la clinique, a été reporté à une date ultérieure.

L’intervention du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dans le dossier serait à l’origine de ce revirement de situation inopiné. « Je lui ai parlé [à M. Barrette] avant la période de questions [jeudi]. Il m’a dit que c’est lui », a commenté le député de Granby, François Bonnardel. 

Informé mercredi après-midi de la fermeture possible de la clinique, M. Bonnardel dit avoir interpellé une première fois le ministre Barrette dans les heures suivantes, explique-t-il. « Il n’avait pas été mis au fait. J’ai déploré le fait qu’on abandonnait minimalement 3000 personnes inscrites sur le guichet d’accès [pour trouver un médecin de famille]. Mais dans l’ensemble de la Haute-Yamaska, selon les chiffres qu’on a obtenus de la RAMQ, il y a 9500 personnes qui sont des patients orphelins », affirme le député Bonnardel. 

« On allait abandonner 10 000 personnes pour des contraintes administratives, financières ou pour des médecins qui ne voulaient peut-être pas continuer à donner quelques heures par semaine », renchérit-il. 

Pression 

Le député de Granby estime qu’une vision à long terme de la situation est nécessaire, pas seulement à court terme. 

« Ce n’est pas vrai qu’on va mettre une pression additionnelle sur l’urgence de Granby qui, déjà, fait des petits miracles pour être capable d’avoir un taux d’occupation raisonnable. Quand on regarde tout le scénario, ça n’avait aucun sens de fermer cette clinique », lance le député de Granby. 

Celui-ci dit se réjouir « minimalement » pour le moment que le ministre de la Santé ait décidé de retarder l’annonce de la fermeture et que la situation soit de nouveau analysée par le CIUSSS. 

Mais François Bonnardel entend bien rester aux aguets. « La bataille n’est pas gagnée. Ce n’est pas vrai qu’on va laisser 10 000 personnes sans médecin de famille », réitère-t-il. 

En attente

La directrice générale de Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY), Joanne Ouellette-, s’est aussi réjouie jeudi de la tournure des événements. SERY est propriétaire de l’immeuble où loge la clinique d’accès. Mme Ouellette avait eu confirmation mercredi lors d’un entretien téléphonique avec une dirigeante du CIUSSS de l’Estrie - CHUS que le bail serait honoré jusqu’en septembre, mais que la clinique allait fermer ses portes. 

Elle avait partagé son inquiétude avec La Voix de l’Est. Selon elle, la clinique d’accès, ouverte cinq jours par semaine, fonctionne bien. « Ça va être une grosse perte. Ça va juste empirer les affaires. [...] Déjà qu’il y a des sit-in aux soins intensifs et qu’à l’urgence [de l’hôpital], ça ne marche pas la moitié du temps », avait-elle laissé tomber mercredi. 

Joanne Ouellette n’a pas eu d’autres informations du CIUSSS de l’Estrie après l’annonce du report du point de presse. Selon elle, le bail de la clinique d’accès est renouvelable tous les ans. Il vient à échéance en septembre. L’avis de non-renouvellement doit être signifié trois mois à l’avance. 

La directrice générale de SERY dit maintenant espérer que la décision sera révisée. « M. Leitao [Carlos, ministre des Finances] vient de sortir un budget avec des dépenses astronomiques, pourquoi il fermerait une petite clinique comme ça, qui marche bien ? Ça n’a pas de sens », dit Joanne Ouellette. 

« Je suis bien contente si ça marche. Ce sont les gens de Granby qui vont en bénéficier », ajoute-t-elle en saluant l’intervention rapide du député Bonnardel dans le dossier. 

Le service des communications du CIUSSS de l’Estrie - CHUS a laissé savoir, lorsqu’il a annulé le point de presse prévu à l’hôpital de Granby, qu’aucun commentaire ne serait émis à ce sujet.