Alors que certains restaurants sont contraints de réduire leurs heures d’ouverture par manque de personnel, la Cidrerie Milton sera dorénavant ouverte à l’année, affirme le copropriétaire Marc-Antoine Lasnier.
Alors que certains restaurants sont contraints de réduire leurs heures d’ouverture par manque de personnel, la Cidrerie Milton sera dorénavant ouverte à l’année, affirme le copropriétaire Marc-Antoine Lasnier.

La Cidrerie Milton maintenant ouverte à l’année

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Alors que certains restaurants sont contraints de réduire leurs heures d’ouverture par manque de personnel, la Cidrerie Milton sera dorénavant ouverte à l’année. Pour la première fois de son histoire, ses activités se sont poursuivies avec l’arrivée de janvier.

« Avant, on fermait le 31 décembre pour revenir en force en février. À travers le temps, la période de fermeture est passée de deux mois et demi à un mois. Et, tant qu’à fermer un mois, on s’est dit qu’on allait rester ouvert », affirme Marc-Antoine Lasnier, copropriétaire de l’entreprise de Sainte-Cécile-de-Milton.

Selon lui, cette décision de poursuivre les opérations du bistro, de la boutique et du bar à cidres en janvier est justifiée par différents facteurs. Il est entre autres plus facile de retenir le personnel avec des opérations annualisées, fait-il valoir.

« Notre staff a évolué beaucoup à travers les années. Il y a eu plusieurs départs à la retraite. Cela a fait que le personnel est plus jeune. Et les jeunes employés veulent avoir un emploi à l’année. Avoir un mois ou deux de chômage, ça devient, en réalité, quasiment problématique », dit Marc-Antoine Lasnier.

Autre point qui a pesé dans la balance : la volonté de répondre aux désirs de la clientèle. « Il y a des gens de Trois-Rivières ou de Québec qui se déplaçaient en janvier pour venir chercher une tarte sans avoir regardé l’horaire et qui arrivaient devant des portes fermées. On ne veut pas faire ça à nos clients », laisse tomber le dirigeant d’entreprise.

Pour le moment, l’achalandage « monstre » observé à la Cidrerie Milton depuis le début de l’année semble vouloir confirmer le bien-fondé de cette décision, glisse Marc-Antoine Lasnier. La météo clémente a aussi facilité les déplacements, reconnaît-il toutefois.

Croissance et projets

Chose certaine, l’entreprise continue à surfer avec la croissance. Bon an mal an, les affaires connaissent une progression qui varie entre 10 % et 20 %, selon Marc-Antoine Lasnier.

Quelque 70 personnes oeuvrent désormais pour Cidrerie Milton. Le recrutement de la main-d’oeuvre demeure un enjeu, comme pour la plupart des entreprises. Les délais d’embauche sont plus longs qu’ils ont déjà été, relève le copropriétaire. Mais la PME familiale réussit malgré tout à tirer son épingle du jeu.

« Je pense que notre rayonnement d’entreprise nous aide, dit-il. Aussi, nous n’avons pas un taux de roulement élevé et nous offrons de bonnes conditions de travail. »

Marc-Antoine Lasnier affirme que des investissements de 600 000 $ seront réalisés en 2020 pour mécaniser davantage les opérations de production de cidre de façon à augmenter les volumes.

L’organisation d’événements est également en croissance. Six activités « Growlers Day », ces journées où il est possible de se procurer des produits de spécialité en cruchons réutilisables d’un litre, sont désormais organisées annuellement. La prochaine se déroulera le 18 janvier prochain.

« Les gens peuvent prendre les produits réguliers en bouteille. Mais s’ils ont le goût d’essayer quelque chose de plus funky ou plus rare, c’est la journée pour venir chercher ces produits. On va bientôt dévoiler sur Facebook tous les produits qui seront disponibles cette journée-là et qui ne le sont pas nécessairement le reste de l’année. Ils sont servis en fût et peuvent être consommés à la maison dans le mois qui suit », souligne M. Lasnier, qui se réjouit de la réponse de la clientèle à ces rendez-vous.

Compétition

En mai prochain, la Cidrerie Milton participera par ailleurs à nouveau au Great Lakes International Cider and Perry Competition, au Michigan. Marc-Antoine Lasnier et Jonathan Fontaine, maître de chai, y seront juges. Des produits de l’entreprise — sur lesquels le duo n’aura pas à se prononcer — y seront aussi en compétition. L’an dernier, elle y a remporté deux médailles.

« C’est le plus gros concours de cidres en Amérique », souligne le copropriétaire de la PME de Sainte-Cécile-de-Milton, confiant d’y faire bonne figure à nouveau.