Michel Jodoin est peut-être le premier d'une liste de producteurs de produits du terroir à collaborer avec le réalisateur Vincent Price.

La Cidrerie Michel Jodoin charme un jeune réalisateur

L'unicité du cidre rosé mousseux de la Cidrerie Michel Jodoin a donné le goût à Vincent Price, fin connaisseur et amateur de produits du terroir, d'y consacrer son premier documentaire­, intitulé Sparkling Apples.
« Quand j'ai goûté ce cidre, je me suis dit : "Wow ! Il y a quelque chose de différent là-dedans"», explique le Français d'origine, en entrevue avec La Voix de l'Est.
Et le réalisateur ne parle pas à travers son chapeau. Ingénieur de formation, il a occupé le poste de directeur de production chez Première Moisson ainsi que celui de directeur d'exploitation à la boulangerie L'Amour du Pain, à Boucherville. « Je viens de l'agroalimentaire. J'y ai travaillé neuf ans. J'ai des bases dans la biochimie des aliments », indique-t-il. Le passionné de produits du terroir a donc contacté la Cidrerie Michel Jodoin par intérêt personnel, pour rendre hommage à un produit qu'il savait hors du commun.
Plus que des pommes
Certes, le cidre rosé mousseux y est particulier, notamment parce qu'il est conçu à base de pommes Geneva, à chair rouge. Et oui, ses bulles sont différentes grâce à la technique champenoise traditionnelle utilisée. Mais plus qu'un bon produit, ce que Vincent Price a mis en images, c'est la passion de la famille Jodoin pour ce qu'elle fait. « Ils sont si humbles quand ils parlent de leur travail et si passionnés quand ils parlent de leurs produits ! », glisse-t-il. 
Dans le court documentaire, on peut découvrir l'histoire de la cidrerie, qui passe de parents à enfants depuis bientôt six générations, en plus de suivre la production du mousseux rosé, de la cueillette au service. « On l'a tous regardé ici, moi, ma fille, et le personnel, et on s'est tous dit : "Wow ! Quel beau travail !" C'est venu me chercher parce que c'est un peu l'histoire de la famille, et les images sont tellement belles », raconte Michel Jodoin. 
Le terroir québécois en vedette ?
Le documentaire, disponible en cliquant ici, a été consulté plus de 1000 fois dans les trois premiers jours de sa publication, ce que son réalisateur qualifie d'« exposition surprenante pour un petit documentaire fait de façon intime ». La formule, un cinq minutes d'histoire, d'émotions et d'information, semble plaire, puisqu'un magazine et une maison de production, que Vincent Price ne souhaite pas nommer puisque rien n'est encore officiel, l'ont contacté, démontrant leur intérêt pour d'éventuelles collaborations. 
« J'adore les produits du terroir, donc oui, je vais essayer de continuer dans cette lancée-là », confie-t-il. Si le cidre rose de Rougemont a été son premier coup de coeur, d'autres produits du terroir québécois pourraient bientôt se retrouver sous les projecteurs. « J'aimerais bien faire un documentaire sur le saucisson le Si Pousse. Il est unique, présente différentes saveurs, se marie avec beaucoup de choses et est très riche. On sent que c'est un produit fait avec amour et passion », indique-t-il, en faisant référence à une saucisse de La Pocatière. 
« Ça ne peut qu'être gagnant pour d'autres producteurs de produits du terroir. On devrait avoir des capsules. Pourquoi ne pas avoir de capsules ? C'est une excellente idée ! », juge le propriétaire de la cidrerie ayant participé à ce que l'on peut qualifier de projet-pilote. « C'est une très belle façon de mettre en valeur le terroir­ québécois. »