Collègues, parents, amis et membres de tous les services d’urgence ont accueilli le paramédic Michel Bellemare (à droite) à la caserne au terme de son dernier quart de travail en carrière, vendredi après-midi.

La carrière du paramédic Michel Bellemare soulignée en grand

n’a pas tous les jours... 30 ans de service comme paramédic ! Parlez-en à Michel Bellemare, qui après trois décennies à faire la différence dans la vie de ses patients, quitte pour la retraite. Une fin de carrière qui a d’ailleurs été soulignée en grande pompe, vendredi après-midi, à la caserne ambulancière de Granby.

Collègues de travail, parents, amis et membres des services d’urgence ont accueilli le paramédic à la caserne de la rue Brignon au terme de sa dernière intervention en carrière. Sirènes et gyrophares des véhicules ambulanciers, ceux des pompiers et du Service de police de Granby ont été activés pour souligner son départ.

Après avoir donné son dernier 10-89 (code qui signifie la fin d’un quart de travail pour les ambulanciers) sur les ondes radio, la centrale d’urgence a souligné son accomplissement et son accompagnement des 30 dernières années auprès des patients qu’il a secourus, suivis des mots de plusieurs de ses confrères basés dans d’autres casernes. « C’est une super surprise, a confié M. Bellemare, visiblement ému par cet hommage. Je ne m’attendais pas à ça du tout. Et de tous les services en plus ! »

Le paramédic a commencé sa carrière il y a 30 ans à Urgences-Santé, à Montréal. Après une décennie à travailler dans la région métropolitaine, il s’est joint à l’équipe des ambulanciers de Granby. Durant 20 ans, il est non seulement intervenu lors de milliers d’appels, mais il a aussi été l’un des superviseurs du service.

Ses plus beaux souvenirs en carrière ? « On pense toujours à des naissances et à des réanimations, dit-il sans hésitation. C’est pour ça qu’on est là : pour faire la différence. Et aider à donner naissance quand ça se passe bien, c’est la cerise sur le sundae ! »

Après trois décennies, l’heure de la retraite est arrivée pour le paramédic âgé de 65 ans. La camaraderie est assurément ce qui lui manquera le plus. « C’est un métier intense et tu crées des amitiés pour la vie. »