François Legault s'est engagé à faire une plus grande place aux jeunes aux élections provinciales de 2018.

La CAQ veut souffler un vent de jeunesse dans ses rangs

La Coalition avenir Québec souhaite voir souffler un vent de jeunesse dans ses rangs à l'Assemblée nationale. Dans un discours prononcé devant 200 jeunes au Congrès de la relève de la CAQ à Granby, le chef du parti, François Legault, s'est engagé à choisir plus de candidats de moins de 40 ans pour l'élection générale de 2018.
M. Legault n'a pas avancé de pourcentages, parlant plutôt d'équilibre entre expérience et jeunesse pour changer le Québec. Il surfe d'ailleurs sur une vague qu'il dit lui être favorable.
« Il y a une opportunité exceptionnelle d'avoir une élection historique ; qu'après 45 ans d'alternance entre les deux mêmes partis, on ait pour la première fois un nouveau parti qui prenne le pouvoir, qui change les choses, a-t-il lancé en mêlée de presse, dimanche. Je ne m'en vais pas là pour gérer la continuité, je m'en vais là pour faire du changement, avec courage, avec les jeunes. Je demande aux jeunes de s'impliquer et de me pousser dans le dos avant et après pour que ça change au Québec. On peut faire mieux au Québec », a-t-il affirmé.
Dans son discours, le chef caquiste est allé jusqu'à convier les jeunes membres de son parti à prendre part à une nouvelle Révolution tranquille au Québec. Pendant cette période, a-t-il rappelé, « tout bougeait au Québec » et tout le monde était « fier d'être Québécois ». 
Pour l'accompagner dans sa démarche, François Legault cherchera des jeunes qui ont du vécu, que ce soit par les études ou le travail, qui ont des réalisations à leur actif mais, surtout, qui ont l'ambition de changer les choses. Le chef caquiste a d'ailleurs souligné la présence de Simon Jolin-Barrette, élu en 2014 à l'âge de 27 ans, et qui parrainait le congrès de la relève tenu samedi et dimanche au Centre des congrès de Granby, ainsi que la campagne menée par Geneviève Guilbault, 34 ans, dans Louis-Hébert. 
« J'ai la chance qu'à la CAQ, c'est le chef qui choisit les candidats ; donc ça ne sera pas celui ou celle qui vend le plus de cartes de membres. Ça prend un équilibre avec des gens d'expérience parce qu'on a de gros changements à faire sur la gestion du gouvernement, mais on a besoin de la passion des jeunes », a-t-il mentionné.
François Legault s'est dit « plus optimiste que jamais » sur les chances de son parti aux prochaines élections, puisqu'il va chercher les gens qui rejettent la souveraineté et ceux qui en ont assez des 15 années de pouvoir des libéraux. Il a affirmé qu'au terme d'une tournée de la province, il avait ressenti « un vent de changement partout au Québec ».
Une idée qui plaît
Rencontrée avant la venue de M. Legault, Carole-Anne Pelletier­ se disait enchantée du désir du parti de présenter plus de candidats de moins de 40 ans. Les jeunes proposaient que le tiers des candidats entrent dans cette catégorie d'âge, évoquait samedi Mme Pelletier. 
« Je pense que le parti a vraiment montré que c'est terminé, les idées des vieux partis. On veut aller chercher quelque chose qui est nouveau, quelque chose qui va ressembler plus à la majorité de la population, mais aussi aller chercher une certaine cohésion entre les générations », a mentionné la vice-présidente au conseil exécutif de la Relève caquiste. 
- Avec La Presse canadienne