La CAQ amorce la campagne électorale dans Brome-Missisquoi avec une importante avance. On voit ici la candidate caquiste, Isabelle Charest, aux côtés du chef François Legault.

La CAQ prend une longueur d’avance

La circonscription de Brome-Missisquoi, château fort libéral depuis 1980, n’échappe pas à la montée de la Coalition avenir Québec. Au jour un du lancement officiel de la campagne électorale, la formation de François Legault distance déjà ses rivaux, révèle un sondage Mainstreet Research réalisé pour le compte de Groupe Capitales Médias.

La CAQ récolte ainsi 41,2 % des intentions de vote. De son côté, le Parti libéral obtient la faveur des électeurs à hauteur de 31,5 %. Une avance que le vice-président de Mainstreet, Steven Pinkus, qualifie « d’impressionnante », mais « prévisible ». « On sait que Pierre Paradis (député libéral dans Brome-Missisquoi depuis 38 ans) ne reviendra pas. [...] Ceci étant dit, Isabelle Charest (CAQ) est une candidate bien reconnue à cause de son histoire comme olympienne et ses racines dans le comté », a-t-il fait valoir.

Le Parti québécois est loin derrière les meneurs, avec 12 %, contre 7,7 % pour Québec solidaire. Les deux autres formations politiques dans la course pour le moment, soit le Parti Vert du Québec et Citoyens au pouvoir du Québec, recueillent conjointement 7,7 % des intentions de vote.

Notons que les indécis ne sont pas répartis dans les résultats du sondage, réalisé le 19 août via un système d’appel interactif automatisé auprès de 652 répondants. La marge d’erreur est de 3,8 % 19 fois sur 20. Étant donné que plusieurs candidats pourraient encore s’ajouter au cours des jours à venir, les gens sondés se sont uniquement prononcés au sujet du parti qu’ils comptent choisir le 1er octobre.

Baromètre
Selon M. Pinkus, les yeux des sondeurs seront rivés sur Brome-Missisquoi, véritable circonscription « baromètre ». « Brome-Missisquoi est un des comtés que l’on regarde le plus sérieusement, a-t-il dit. C’est une indication de ce qui se dessine à travers la province. »

Le VP de Mainstreet est d’avis que l’avance de près de 10 points de la CAQ sur son plus proche rival est notamment attribuable à une « démographie favorable » dans la circonscription. « Dans toutes les régions, on voit un revirement depuis 10 jours. La CAQ a pris les devants chez les aînés, qui étaient auparavant plutôt tournés vers le Parti libéral. »

Une tendance qui prend également de l’ampleur chez les femmes, qui troquent de plus en plus le PLQ pour la troupe de François Legault, a renchéri M. Pinkus.