La confection des biscuits sourire, en vente au coût de 1 $, a officiellement débuté lundi matin dès 8 h.

La campagne des biscuits sourire Tim Hortons est lancée dans la région

Jamais un sourire n’aura été aussi payant. Encore une fois cette année, une trentaine de restaurants Tim Hortons de l’Estrie ont décidé de soutenir Leucan Estrie permettant ainsi d’offrir du répit aux enfants atteints du cancer et leur famille et d’aider la recherche. La confection des biscuits sourire, en vente au coût de 1 $, a officiellement débuté lundi matin dès 8 h.

Une dizaine de bénévoles ont mis la main à la pâte au Tim Hortons de la rue Robinson Sud à Granby pour lancer la campagne qui s’étire jusqu’au 22 septembre. 

« On couvre 80 % des franchises sur notre territoire qui sont affiliées avec Leucan, ce qui est immense », relève Karine Fontaine, directrice régionale de Leucan Estrie.

L’an dernier, près de 70 000 $ ont été remis à Leucan Estrie, annonce fièrement Félix Dionne, franchisé de neuf restaurants Tim Hortons. 

Depuis quatre ans, son restaurant de la rue Robinson arrive premier ou deuxième au palmarès de la plus grande vente de biscuits sourire au Québec : environ 10 000 y sont vendus en cinq jours. « C’est un chèque de 10 000 $ directement remis à Leucan », indique Félix Dionne.

« Le dollar va dans le budget global et il est divisé en deux grandes familles », souligne Mme Fontaine.

D’une part, l’argent amassé sert à la recherche clinique en oncologie pédiatrique dont Leucan est le principal bailleur de fonds.

« Depuis qu’on a été fondé en 1978, près de 20 millions de dollars ont été remis pour la recherche », mentionne Mme Fontaine. 

D’autre part, Leucan Estrie accompagne cette année une trentaine d’enfants en traitement, et autant de familles, sur le territoire de l’Estrie.

Cette aide passe entre autres par de l’art-thérapie, de la massothérapie, des services de psychologie et de l’aide financière, si le parent doit arrêter de travailler pour être au chevet de son enfant, par exemple.

« On ne prend pas juste l’enfant en charge, mais aussi toute sa famille », précise Mme Fontaine.

C’est pourquoi un week-end répit leur sera offert du 20 au 22 septembre au centre villégiature Jouvence. 

« C’est un week-end offert aux familles dont un enfant a reçu un diagnostic dans la dernière année. […] On les prend en charge pour leur donner un souffle », souligne Mme Fontaine.

« Un enfant malade, c’est une famille malade, poursuit-elle. On est là pour appuyer l’enfant, mais la famille aussi. On essaie d’être présent pour tout le monde à tous les niveaux. On fait de la sensibilisation dans les écoles où il y a de la fratrie. Si un frère et une sœur vont à la même école et il y a l’un d’eux qui est atteint du cancer, les jeunes vont poser beaucoup de questions à l’enfant qui reste à l’école et ça peut lui créer un stress. Donc, une agente de service aux familles se déplace pour répondre aux questions. Ça permet aux enfants d’être plus respectueux et de briser les tabous. »

Pour faire sa part

Si la plupart des bénévoles sondés sur place par La Voix de l’Est n’avaient pas d’enfant atteint du cancer dans leur entourage, c’est l’envie de faire sa part qui les a motivés à s’impliquer.

Les deux bénévoles Véronique et Emmanuelle tenaient à participer lundi matin à la confection des biscuits. « C’est une cause qui nous tient à cœur », a lancé Emmanuelle pendant qu’elle dessinait un sourire sur l’un des biscuits.

Des « parents Leucan » qui ont déjà eu recours aux services de Leucan Estrie se sont eux aussi déplacés lundi matin.

« Leucan est présent dès le jour un du diagnostic et les parents apprécient notre présence. [...] Leucan c’est comme une grande famille et souvent les parents veulent redonner », explique Mme Fontaine. 

Durant les cinq jours de la campagne, une cinquantaine de bénévoles s’affaireront à produire ou livrer les biscuits sourire. D’autres solliciteront aussi la population à donner pour la cause. 

Près de 2000 biscuits sourire seront aussi acheminés à plusieurs entreprises en Estrie. 

« C’est grâce à la générosité de Toyota Granby qui fournit des voitures pour nos bénévoles pour livrer aux entreprises », a tenu à souligner Mme Fontaine. 

Quant à lui, le franchisé Félix Dionne remarque que ce mouvement fait boule de neige dans la région et qu’aider la cause des enfants malades est devenue une tradition.

«  Moi je suis chanceux, j’ai pas d’enfants près de moi qui est touché, alors qu’est-ce que tu veux faire de plus à part donner ? », lance-t-il.