La boutique de l’entreprise Les Alpagas de la ferme Norli a été cambriolée, dans la nuit de dimanche à lundi. La valeur de la marchandise dérobée grimpe dans les six chiffres.
La boutique de l’entreprise Les Alpagas de la ferme Norli a été cambriolée, dans la nuit de dimanche à lundi. La valeur de la marchandise dérobée grimpe dans les six chiffres.

La boutique Les Alpagas de la ferme Norli dépouillée par des voleurs

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
À l’approche du temps des Fêtes, des éleveurs d’alpagas vivent un véritable cauchemar. Leur boutique de produits confectionnés avec la laine de leurs bêtes a été cambriolée la nuit dernière. En plus d’être privés de revenus importants tirés de la vente de pièces uniques, les propriétaires devront compter deux ans avant de pouvoir regarnir toutes les tablettes de leur boutique.

«C’est notre plus grosse période en novembre et en décembre. Avec la pandémie, on a été fermés un bout de temps. On l’attendait, le temps des Fêtes», laisse tomber Lise Danielle Pollender, copropriétaire avec son conjoint de l’entreprise Les Alpagas de la ferme Norli, à Bromont.

Leur boutique située en bordure du boulevard Pierre-Laporte, à l’intersection du chemin Magog, a été visitée par des cambrioleurs qui sont entrés par des fenêtres qu’ils ont brisées dans la nuit de dimanche à lundi. «C’est presque la totalité des items qui a été volée», précise Mme Pollender.

Tuques, mitaines, jetées et foulards conçus à la main au Québec, mais également des produits équitables du Pérou étaient notamment en vente dans leur boutique située à même leur ferme d’élevage. La valeur de la marchandise dérobée, dont l’inventaire n’a pas été complété lundi, grimpe dans les six chiffres.

«Il faudrait travailler deux ans pour refaire l’inventaire, indique la femme, qui ignore pour le moment si son conjoint et elle seront en mesure d’ouvrir leur boutique rapidement. C’est aussi des pertes sentimentales. Ce sont des heures de travail qu’on met là-dedans. Je ne peux pas reproduire tout ça. C’est des produits uniques.»

Les propriétaires, qui possèdent leur boutique depuis 11 ans, ont avisé les autres éleveurs d’alpagas du crime dont ils ont été victimes. Ils ont également informé leur clientèle sur la page Facebook de l’entreprise. Leur souhait est non seulement de retrouver les auteurs du vol, mais surtout la marchandise. «Il faudrait que ça arrive maintenant», dit la dame.

Les policiers de Bromont enquêtent sur le vol. Ils sont assistés par un technicien en scène de crime de la Sûreté du Québec pour «s’assurer qu’on n’échappe rien. Il y a beaucoup de travail à faire», explique Jean Bourgeois, directeur du Service de police de Bromont.

Toute personne qui possède des informations à propos du cambriolage ou de la marchandise volée peut contacter le sergent-détective Dany Breault au 450 534-3131 poste 3223 ou par courriel à dany.breault@policebromont.ca