L'auberge de jeunesse La Belle Verte, à Dunham, cherche à se relocaliser. Sa directrice, Guylaine Tétreault.

La Belle Verte cherche un nouveau toit

L'auberge de jeunesse La Belle Verte a fermé ses portes en début d'année. Le site qu'elle louait depuis des années à Dunham a été vendu par le diocèse Saint-Jean-Longueuil au centre de réhabilitation NuHab, actuellement situé à Ascot Corner. L'avenir de l'auberge demeure incertain. L'établissement tentera de se relocaliser dans les mois à venir.
En attendant de trouver un endroit où se relocaliser, mobilier et divers objets ont dû être vendus.
La nouvelle de la vente du terrain de plus de 80 acres et de ses bâtiments a pris de court le conseil d'administration de l'auberge, qui en était à son quatrième hiver d'activité.
La directrice Guylaine Thériault­ a été informée de la vente après coup, en novembre. Jamais elle ne s'était doutée que le site était à vendre. La Belle Verte prévoyait établir un partenariat avec le centre de réhabilitation NuHab, qui aide les toxicomanes et les alcooliques à s'en sortir, pour partager le site. Selon Mme Thériault, NuHab lorgnait un bâtiment inutilisé par l'auberge, mais le diocèse aurait refusé de le rénover pour le mettre aux normes. C'est alors qu'une proposition de vente a été faite, indique-t-elle.
« Ça a été un choc. On a fermé le 2 janvier officiellement. On avait des locations tout le mois de décembre, il n'était pas question qu'on les annule. Pour l'instant, on va prendre une pause et on va chercher à se relocaliser et on va voir si on peut ouvrir pour l'été », dit-elle. 
Mme Thériault cherche à trouver un nouveau toit dans la même région, puisque le site actuel permettait d'offrir une alternative d'hôtellerie abordable dans le secteur. Situé entre Sutton et Bromont, l'endroit jouissait d'un bon achalandage en hiver avec les skieurs, mais aussi en été avec les nombreuses attractions de Brome-Missisquoi.
Depuis quelques jours, de nombreux articles de l'auberge, dont du mobilier, sont en vente sur un site de petites annonces. Une partie de l'équipement a été vendu, mais il reste des choses à liquider. La dernière journée pour profiter de la vente est aujourd'hui.
La Voix de l'Est n'a pu parler avec un dirigeant du centre de réhabilitation pour clientèle anglophone, mais la nouvelle de l'achat a été confirmée par le diocèse. « L'offre d'achat a été acceptée, il reste les dernières démarches avec le notaire, mentionne Paul De Leeuw, directeur et économe diocésain. Ils sont très contents, c'est une place qui convient très bien à leur clientèle. »
Un projet de relocalisation de NuHab vers Lac-Brome avait avorté, en 2015, en raison de l'opposition citoyenne à une modification du zonage nécessaire à l'exploitation du centre. À Dunham­, comme les usages prévus sont similaires à des activités qui s'y sont déjà tenues, le centre ne devrait pas connaître de problème, note le directeur général de la municipalité­, Pierre Loiselle.