«Je ne suis pas la marionnette de personne», dit la candidate à l'élection partielle dans le district trois, Julie Bourdon.

Julie Bourdon défend son «indépendance d'esprit»

Visée par des propos sous-entendus d'une de ses opposantes à l'élection partielle dans le district trois à Granby, Julie Bourdon a tenu à défendre lundi son «indépendance d'esprit». «Je ne suis pas la marionnette de personne», a-t-elle déclaré.
Vendredi dernier, la candidate Suzanne Surette a affirmé, lors d'un point de presse, que «certains citoyens se questionnent sur l'indépendance d'esprit de certains candidats à l'élection». «Est-ce que l'électorat est en droit de se questionner? Je crois que oui», a-t-elle affirmé.
Invitée à préciser son affirmation, Mme Surette a refusé de s'avancer davantage. Mais La Voix de l'Est a récemment rapporté que, même si le maire Pascal Bonin n'appuie aucun candidat officiellement, certains membres de son entourage sont proches de Mme Bourdon.
«Quand j'ai parlé de me présenter, plein de monde m'ont appelée et ont décidé de se joindre à moi parce qu'ils croient en moi», a justifié lundi Julie Bourdon.
Cette dernière assure par ailleurs qu'elle n'a été sollicitée par «personne» pour se présenter en politique. «C'est une réflexion que je menais depuis plusieurs mois. J'en avais même parlé à Pierre Breton en mars dernier. J'ai toujours eu un intérêt pour la politique», dit-elle.
Engagée au sein de plusieurs organismes, conseils d'administration et tables de concertation, Mme Bourdon affirme par ailleurs «être le genre de personne à donner son opinion, à amener des solutions et à penser autrement si ça peut amener de l'eau au moulin».
«Tous les candidats ont envie de desservir les citoyens. Et c'est aussi mon cas. Je ne suis pas là pour voter selon ce que les autres me disent de voter. Les seules personnes à qui je serai redevable, ce sont les citoyens du district trois», dit-elle.