Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La course à la mairie de Granby compte désormais deux candidats. En réflexion depuis quelques semaines, le conseiller municipal Jocelyn Dupuis a confirmé vendredi son intention de poursuivre son engagement en politique municipale, mais à titre de maire.
La course à la mairie de Granby compte désormais deux candidats. En réflexion depuis quelques semaines, le conseiller municipal Jocelyn Dupuis a confirmé vendredi son intention de poursuivre son engagement en politique municipale, mais à titre de maire.

Jocelyn Dupuis se lance dans la course à la mairie de Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La course à la mairie de Granby compte désormais deux candidats. En réflexion depuis quelques semaines, le conseiller municipal Jocelyn Dupuis a confirmé vendredi son intention de poursuivre son engagement en politique municipale, mais à titre de maire.

L’actuel représentant du district quatre fera campagne contre son homologue de la table du conseil, la conseillère municipale Julie Bourdon, engagée dans la course depuis janvier dernier.

C’est par ailleurs au parc Isidore-Martin, à deux pas de son travail, que Jocelyn Dupuis, commis aux pièces à l’usine de yogourt, a rencontré les médias. Le choix de l’emplacement n’est pas anodin. «J’ai toujours dit qu’il ne faut jamais oublier d’où on vient», affirme-t-il.

M. Dupuis travaille depuis 2002 à cette usine de la rue Principale, désormais la propriété de Lactalis Canada. Il y a notamment agi à titre de président du syndicat durant 10 ans. «C’est ici que tout a commencé», fait-il valoir avec émotion, souhaitant ainsi «faire un clin d’oeil à ses collègues et amis».

Le candidat à la mairie de 55 ans s’est fait élire une première fois comme conseiller municipal en 2013 et réélire pour un deuxième mandat en 2017. Le bagage qu’il a amassé au cours de ces années, entre autres comme président du comité des finances et des ressources humaines, lui permet de croire qu’il est en bonne position pour façonner «le Granby de demain».

Cinq thèmes

Selon Jocelyn Dupuis, la ville de Granby se porte bien. «On a une ville en constante croissance. Il y a des projets en cours et d’autres à venir. On a une ville touristique avec une vitalité économique incroyable. Tout ça, c’est même agréable, captivant, pour un candidat à la mairie», laisse-t-il tomber.

Mais tout n’est pas forcément parfait, ajoute-t-il du même souffle. «Il y a encore place à amélioration dans plusieurs secteurs», dit-il.

Le candidat dit entre autres être conscient que la pandémie a fait la vie dure à certains commerçants.

L’économie sera d’ailleurs un des cinq thèmes au coeur de la campagne électorale de l’aspirant maire. Celui-ci veut miser sur l’achat local et le maintien de la «saine gestion actuelle».


« Si vous attendez des promesses de ma part durant la campagne, vous n’en aurez pas. »
Jocelyn Dupuis, candidat à la mairie de Granby

Dossier chaud au cours des derniers mois, l’environnement sera un autre thème incontournable. Une réflexion sur l’urbanisation et la densification s’impose, croit Jocelyn Dupuis.

L’écoute et la participation citoyenne, la qualité de vie ainsi que l’inclusion sociale seront abordées par le candidat à la mairie au cours des prochaines semaines et prochains mois.

Celui-ci dit viser «l’équilibre et l’équité pour tous». «Il y a beaucoup de choses dans ce programme qui méritent réflexion pour atteindre l’équilibre et que ça soit juste pour tout le monde», estime-t-il.

Une réflexion devra aussi être réalisée sur l’écoute des élus, avance M. Dupuis. «Je ne dis pas qu’on n’écoute pas les citoyens. Mais on se le fait reprocher. Il y a peut-être matière à réflexion pour trouver ce qu’il ne marche pas. Il faudrait peut-être travailler plus en équipe avec eux [les citoyens]», croit-il.

Transparent

Jocelyn Dupuis affirme d’emblée qu’il est «un gars transparent», peut-être même «trop parfois». «Si vous attendez des promesses de ma part durant la campagne, vous n’en aurez pas. Vous aurez toujours l’heure juste sur les améliorations, les positions, les orientations que je compte soutenir devant un nouveau conseil municipal», dit-il.

L’aspirant maire, qui est devenu grand-papa pour la deuxième fois vendredi matin, dit par ailleurs ne pas considérer Julie Bourdon comme une «adversaire» dans l’actuelle campagne électorale. Et il entend faire une campagne «propre».

«Il n’est pas question pour moi de dénigrer qui que ce soit. Je vais faire mon travail, explique-t-il. De toute façon, ce n’est pas mon style. Je n’ai jamais rentré la tête de quelqu’un dans l’eau pour sortir la mienne. Je fais ce que je pense être correct. Et si les gens sont satisfaits, ils vont me dire oui.»

Appuyé par Alexandre Giguère à titre d’agent officiel, M. Dupuis ne fera pas équipe avec d’autres candidats potentiels.

Il ira à la rencontre des citoyens au cours des prochaines semaines. Il sera aussi bientôt présent sur le Web et sur les réseaux sociaux. Le candidat dit travailler 40 heures par semaine pour Lactalis Canada, en plus de faire son travail de conseiller municipal. «Ça va vite. Mais ça va bien. On va être au rendez-vous au mois de novembre 2021», lance Jocelyn Dupuis.

L’ex-maire de Granby, Michel Duchesneau, avait annoncé en juillet 2020 son intention de briguer les suffrages à la mairie à la prochaine élection. Mais il n’a fait aucune sortie médiatique à cet effet au cours des derniers mois. L’ex-député de Shefford et ex-conseiller municipal, Pierre Breton, a aussi annoncé réfléchir à la mairie. Mais il n’a toujours pas fait connaître sa décision.