Jocelyn Dupuis sollicite un second mandat dans son district.

Jocelyn Dupuis pour la continuité

C'est dans la cour arrière de sa résidence du district 4, où il habite depuis 11 ans, que le conseiller municipal sortant Jocelyn Dupuis a lancé sa campagne électorale, lundi matin. Fier de son bilan, le Granbyen propose aux électeurs d'opter pour la continuité.
C'est d'ailleurs le slogan qu'il a adopté pour solliciter un second mandat auprès de ses concitoyens. « Je suis prêt. Je commence mon porte-à-porte ce matin ! Je n'ai pas pris de vacances cet été pour faire campagne », a lancé M. Dupuis, en insistant sur son statut de « gars ordinaire qui ne cherche pas à être à l'avant-plan ». 
« Je travaille comme journalier depuis 15 ans chez les Aliments Ultima. Comme la plupart des gens, je pars le matin avec ma boîte à lunch. »
Cela ne l'a pas empêché, ajoute-t-il du même souffle, de mener de front d'importants dossiers municipaux. À titre de président du comité des finances de la Ville de Granby, il estime que la Ville a géré sainement et avec rigueur les deniers publics. « Notre Ville est en plein contrôle de ses finances », assure-t-il.
Il rappelle également le travail accompli en matière de relations de travail, la Ville ayant notamment conclu des ententes à long terme avec ses policiers et pompiers. M. Dupuis a pris part aux négociations comme président du comité des ressources humaines de la municipalité.
Au chapitre des réalisations dans son district, l'homme mentionne entre autres la création du lien cyclable entre les rues de la Roche et Alfred-Pelland, le redres­sement de la courbe dans la rue Le Corbusier­ et la trans­formation de la rue Sainte-Cécile en sens unique. 
« Je considère vraiment avoir contribué à l'essor de notre ville », affirme-t-il. 
Pas de promesses
Malgré cela, Jocelyn Dupuis promet... qu'il ne fera pas de promesses. Le rôle du conseiller municipal, croit-il, est celui d'un représentant des citoyens, qui se doit d'être présent pour eux, de se déplacer et de les écouter. 
Le candidat assure par ailleurs que son authenticité, sa persévérance et son goût du défi font de lui l'homme de la situation. 
D'autant plus, ajoute-t-il, qu'il possède désormais quatre ans d'expérience en politique municipale. « Je suis plus expérimenté, j'ai plus de ressources et je connais maintenant les rouages. J'ai plus de sagesse aussi ! Mais j'en ai encore à apprendre. »
Bien que l'ambiance au sein du conseil actuel soit « quelquefois difficile », il insiste : « Je travaille beaucoup en équipe. »
Interrogé sur les dossiers qui pourraient l'intéresser au cours d'un second mandat, M. Dupuis avance qu'il serait partant pour le comité de sécurité publique, qui sera laissé libre par le départ annoncé du conseiller sortant Joël Desmarais. « Mais ce n'est pas moi, c'est le maire qui décidera... »
À ce jour, Jocelyn Dupuis n'a aucun adversaire connu. Il promet néanmoins de cogner à chaque porte de son district d'ici au scrutin du 5 novembre.