Isabelle Grenier, artiste et enseignante, était présente pour animer les échanges.

«J’inviterai l’enfance»: les intervenants élaborent le projet

Tranquillement mais sûrement, le projet pilote « J’inviterai l’enfance » se met en branle. Des artistes et des intervenants en CPE et en garderies familiales de Bromont se sont rencontrés au Centre culturel St-John, mardi soir, afin de mettre en commun leurs idées pour initier à la culture les enfants d’âge préscolaire.

Toujours en mode inspiration, les participants ont eu l’occasion de visionner quelques courtes vidéos montrant des tout-petits s’initier à l’art.

À lire aussi : La culture s’invite à la garderie

Ils ont notamment pu s’inspirer d’exemples français, ainsi que du centre d’art de Kamouraska, pour jeter les bases du répertoire d’activités artistiques qu’ils élaboreront.

« On veut faire émerger les idées. Il s’agit de voir comment on veut élaborer le projet : est-ce que c’est l’artiste qui se déplace ou bien les enfants », lance Isabelle Grenier, artiste et enseignante, qui était présente pour animer les échanges.

Explorations infinies

Les explorations artistiques avec les 0-5 ans sont infinies, précise-t-elle. Le cirque, la danse, le chant, la musique, la peinture et le dessin peuvent être exploités.

« Il faut mettre nos idées en commun, voir quel type d’artiste vous voulez avoir, etc. », poursuit Mme Grenier.

Le projet a d’abord été présenté aux gens impliqués à Bromont. Il sera ensuite expliqué aux autres municipalités participantes durant le mois de mai, soit Sutton, Saint-Ignace-de-Stanbridge, Lac-Brome, Farnham et Cowansville.

Au terme de la rencontre, les artistes étaient emballés par la proposition, tout comme les intervenants du milieu de la petite enfance.

C’est le cas du musicien bromontois Mathieu Mathieu, qui travaille déjà avec les jeunes enfants grâce à son projet « Le pêcheur de mots ». « Par exemple, si on pige dans le coffre le mot pizza, il faut composer une chanson à partir de ce mot », illustre-t-il.

Bien que son projet s’adresse à des enfants plus âgés, Mathieu Mathieu pourrait bénéficier d’une formation offerte au Centre culturel St-John pour un jeune public ou encore participer à un stage de création et d’expérimentation en CPE.

Outiller les artistes

« On veut outiller les artistes, car beaucoup de leurs propositions s’adressent aux enfants de cinq ans et plus. Pourtant, chez les 0-4 ans, il y a des changements importants dans leur développement », fait valoir Christine Rossignol, agente de développement culturel à la Ville de Bromont.

Mathieu Mathieu croit que les jeunes enfants ont beaucoup à nous apprendre. « Les enfants sont imaginatifs et ils nous amènent où on n’aurait jamais été », lance-t-il.

De son côté, Catherine O’Neill Morin, coordonnatrice de la garderie La Maisonnée, à Bromont, était très excitée par ce projet pilote. « J’étais intéressée dès le départ quand on nous a approchés, mais je le suis encore plus aujourd’hui avec ce que j’ai vu. Je vois plein de possibilités », dit-elle.

Le projet dispose d’une enveloppe de 238 485 $ pour l’ensemble des municipalités impliquées sur le territoire de Brome-Missisquoi.