La coordonnatrice Sylvie Vandal et l’artiste Lyse-Anne Roy sont convaincues des bienfaits de la culture pour les enfants.

J'inviterai l'enfance: éveiller les enfants à la culture

Peu d’artistes peuvent se vanter d’avoir exposé leurs premières œuvres à 3 ou 4 ans. Et pourtant, la nouvelle œuvre accrochée à la galerie Arts Sutton a été réalisée par une vingtaine d’élèves de la prématernelle au Jardin d’enfants de Sutton en collaboration avec l’artiste bromontoise Lyse-Anne Roy. Une initiative qui s’inscrit dans le projet pilote J’inviterai l’enfance qui vise à éveiller les enfants à la culture et à pousser leur créativité.

Il y avait foule au vernissage du projet, jeudi soir à la galerie suttonaise. Une vingtaine de jeunes qui couraient et s’agitaient joyeusement dans la galerie, leurs parents admiratifs du travail accompli et une poignée de passionnées qui ont mené le projet à bout de bras depuis décembre 2017.

« C’est l’accomplissement du processus ce [jeudi] soir. C’était important pour moi que le projet se termine par un vernissage et que les jeunes puissent en profiter. À mon sens, l’exposition est tout aussi importante que le reste du projet », s’enthousiasme Lyse-Anne Roy peu avant l’arrivée du groupe de prématernelle.

En quatre rencontres, l’artiste peintre a créé avec le groupe du Jardin d’enfants une série de toiles sur bois qui, mises ensemble, forment une forêt, symbole de la force du travail collectif et de l’entraide.

« Je suis un peu devenue un personnage pour eux. Je m’habillais toujours pareil lors des rencontres puisqu’il était important de créer une atmosphère avant de commencer à créer. Nous commencions avec quelques respirations et nous mettions de la musique dans notre environnement », explique Lyse-Anne Roy.

L’artiste s’est servie d’étampes afin de faciliter le processus avec les petits. « J’enseigne l’art, mais cette fois, il ne s’agissait pas d’expliquer la technique. Ils n’avaient qu’à m’imiter », ajoute-t-elle.

Projet pilote

Le programme J’inviterai l’enfance est né d’une idée qu’a eu Claudine Filion-Dufresne, agente de développement culturel à la Ville de Sutton il y a pratiquement deux ans jour pour jour.

« Le ministère de la Culture avait publié les résultats d’une étude démontrant tous les bienfaits d’exposer les jeunes enfants à la culture. J’ai donc voulu commencer les démarches pour mettre le projet sur les rails. J’en ai parlé avec mes homologues en culture des autres municipalités de Brome-Missisquoi puis avec des organismes. Ce n’est qu’en mars dernier qu’on a su que nous allions obtenir le financement du gouvernement », rappelle Claudine Filion-Dufresne.

L’instigatrice a collaboré entre autres avec le Cégep de Granby afin d’impliquer les finissants en technique de la Petite enfance dans l’aventure. Quelques artistes participants ont été jumelés avec des étudiants afin de mieux les préparer à s’adresser à un groupe de cet âge et de sensibiliser les futures éducatrices à l’éveil à la culture.

Apprentissages

Les éducatrices Sylvie Clavey et Christiane Booth du Jardin d’enfants étaient bien heureuses de voir leurs petits bouts de choux avoir autant de plaisir dans une galerie d’art. Sensibilisées et convaincues des bienfaits de la culture, elles soulignent toutefois la difficulté d’avoir accès à des intervenants externes pour animer des activités.

« Nous sommes un organisme à but non lucratif et nous n’avons malheureusement pas les ressources pour payer les honoraires d’artistes professionnels qui pourraient venir donner des ateliers. On fait appel au bénévolat, mais c’est difficile de trouver des gens. Par contre à l’interne, nous faisons plein d’activités créatives avec les enfants », assure Sylvie Clavey.

Enveloppe

Pour mener à bien le projet, qui inclut douze projets artistiques impliquant différents médiums, le programme a bénéficié d’une subvention de près de 125 000 $ tirée d’un fonds montérégien, selon Sylvie Vandal, coordonnatrice du projet depuis mai dernier.

L’enveloppe a entre autres également permis des formations spécifiques pour les artistes et les éducatrices impliquées.

« Malgré les bienfaits de la culture pour les petits, on s’est rendu compte que la petite enfance est l’enfant pauvre en culture. L’idée avec ce programme, c’est de sensibiliser les diffuseurs de culture afin qu’ils offrent une plus grande accessibilité pour cette jeune clientèle et de permettre aux CPE et aux prématernelles d’avoir accès à des ateliers comme ceux-ci », précise Sylvie Vandal.

Le ministère de la Culture souhaite en faire un projet-pilote qui pourrait être dupliqué par la suite. Il est donc du mandat de la coordonnatrice d’assurer la documentation du processus et d’évaluer les forces et faiblesses du projet.

Dans son application, le projet est piloté par la Ville de Cowansville. En plus de celle-ci et Sutton, les municipalités de Lac-Brome, Dunham, Bromont, Farnham et Saint-Ignace-de-Standbrige participent également au projet.