Cette photo de Tommy Poulin, joueur d’une des formations de Grav.e.t., a été prise lors de la compétition en réseau local (LAN) de l’École de technologie supérieure (ÉTS) en février dernier.

Jeux vidéo: cinq Granbyens participent à la plus grosse compétition au Canada

Le « DreamHack », la plus grande compétition de jeux vidéo au Canada, se déroulera au Stade olympique de Montréal, du 6 au 8 septembre, au plus grand plaisir des adeptes du sport numérique, communément appelé eSport. Des joueurs de la région tenteront leur chance afin de mettre la main sur le grand prix de leur tournoi respectif, soit 10 000 $.

Les deux équipes de Grav.e.t s’efforceront de remporter la compétition League of Legends, un jeu combinant stratégie et communication. Fondateur de Grav.e.t, Anthony Valade, ancien résident de la municipalité d’Ange-Gardien, croit au potentiel de ses deux équipes.

« C’est certain que l’on va avoir nos deux équipes dans le top 10 et, dépendamment des gros noms présents, le top 3 est réalisable », assure l’entraîneur des formations.

Ce jeu compétitif à cinq contre cinq laisse chacun des joueurs choisir un personnage ayant des capacités différentes dans la banque de 140 disponibles. Les stratégies peuvent donc être variées en fonction des personnages choisis. Une partie dure en moyenne entre 30 et 40 minutes.

Plus de 50 équipes s’inscrivent à l’événement. Toutefois, le calibre des joueurs varie énormément. Beaucoup d’équipes de niveau standard s’y présentent, mais des joueurs qui sont dans le top 40 des joueurs nord-américains seront aussi à Montréal.

« En tant que tel, s’y rendre n’est pas difficile. N’importe qui peut décider de s’inscrire, mais les équipes qui y participent sont les meilleures équipes au Canada, certaines des États-Unis et, cette année, il y a même des équipes européennes », indique le jeune homme de 25 ans.

La majorité des joueurs de ses formations se classent parmi la catégorie Master et un dans celle de GrandMaster. Selon l’entraîneur, cela correspond à 0,8 % des compétiteurs du jeu virtuel. Ses protégés sont des habitués de ce genre de tournois et, selon ses dires, l’adrénaline reliée aux tournois les rend bien meilleurs.

Fondé en 1994 et organisé en Europe ainsi qu’en Amérique du Nord, le DreamHack est devenu, en 20 ans, un phénomène mondial en tant que festival numérique. Cet événement est un pionnier dans le domaine de l’eSport et demeure l’un des plus grands producteurs mondiaux de sport électronique.

Des millions de téléspectateurs du monde entier regardent chaque année les diffusions de Dreamhack. Ce type d’événement a accueilli plus de 310 000 visiteurs en 2018. À Montréal, il s’agit de la quatrième mouture de l’événement.

Jeune compagnie

La compagnie Grav.e.t a vu le jour en juillet dernier. Tout a commencé lorsque Anthony Valade a été engagé en tant qu’entraîneur par son ancien collègue habitant en France.

Ils ont démarré ensemble une formation s’appelant Galaxy Gaming qui n’existe plus aujourd’hui. Anthony a ensuite inauguré Grav.e.t au Québec. « C’est juste douze personnes vraiment motivées qui ont décidé de se mettre ensemble et de partir ça », lance le jeune entrepreneur.

Préparation

En vue de la compétition de la fin de semaine prochaine, parmi les équipes de Grav.e.t, cinq joueurs proviennent de la région de Granby, dont trois dans celle qui est la plus performante.

Ils devront se qualifier lors de l’événement, samedi matin, car seulement les premiers de chaque ronde préparatoire pourront accéder aux finales du DreamHack Montréal.

Pour se faire, les deux équipes de Grav.e.t. s’entraînent à raison de deux à trois soirées par semaine pour des séances de quatre heures. Ces pratiques leur permettent de perfectionner leurs stratégies.

« En plus, on est sur une série de victoires. Alors tout est de notre côté pour le DreamHack », assure Anthony Valade.