Keven Brasseur

Jeunes caquistes: Keven Brasseur vise la présidence

La présidence de l’aile jeunesse de la Coalition avenir Québec (CAQ) est appelée à changer de visage. Kevin Paquette n’entend pas solliciter un nouveau mandat. Son bras droit, Keven Brasseur, présentement vice-président de la Commission de la relève de la CAQ, espère bien pouvoir le remplacer.

Leurs proches les surnomment les « Kevin au carré » bien que l’orthographe de leurs prénoms diffère d’une voyelle.

Les « deux Kevin » ont été, de leur propre aveu, une pièce importante de la mobilisation des partisans lors de la dernière campagne électorale qui a mené leur parti au pouvoir. Keven Brasseur souhaite continuer le travail entamé. « Le changement dans la continuité », illustre-t-il.

Parcours

Natif d’Acton Vale, Keven Brasseur­ cumule déjà plusieurs expériences politiques dans son parcours.

Il a notamment été conseiller politique pour le député de Johnson, André Lamontagne, en 2016.

« J’ai toutefois dû quitter le poste quand j’ai commencé mes études en sciences comptables, mais je suis resté impliqué au sein de la Commission de la relève », explique le politicien de 24 ans.

À la recherche d’intégrité et de transparence en politique, il explique avoir été séduit par les idées de la CAQ après la lecture du livre de François Legault, Cap sur un Québec gagnant : le projet Saint-Laurent. Il avait alors 19 ans.

« André Lamontagne a également été un mentor pour moi, dit-il. Il m’a écrit une lettre qui m’a vraiment touché en me disant que la CAQ était un parti en train d’être dessiné et qu’il y avait un crayon pour moi afin d’y participer. »

Keven Brasseur est pour l’instant l’unique candidat à la succession de Kevin Paquette. Ce dernier a d’ailleurs contacté La Voix de l’Est pour souligner son appui à son camarade.

« J’ai totalement confiance en ses aptitudes pour diriger notre aile jeunesse. Il a été mon plus proche collaborateur et il a pu démontrer son leadership et sa rigueur. La Commission de la relève serait entre bonnes mains pour la suite des choses avec lui comme président », estime le président sortant dans une note envoyée au journal samedi après-midi.

Idées

Keven Brasseur ne manque pas d’idées pour pousser le militantisme jeunesse de la CAQ à un autre niveau.

Le parti, qui souhaite augmenter son nombre de membres, pourrait se doter de structures dans chacune des provinces pour permettre aux jeunes militants de s’organiser localement.

« Je pense qu’il faut d’abord être sur le terrain. Ensuite, les gens commenceront à participer. Pour l’instant, on organisait des événements comme des soirées bières et politiques à Montréal et à Québec, mais en décentralisant nos événements, il serait possible d’organiser des activités militantes plus régulièrement et un peu partout », estime le candidat.

Le Valois aimerait également augmenter le poids des idées émises par l’aile jeunesse dans les propositions du parti.

« Il pourrait y avoir une instance qui œuvre à l’année sur des propositions qui pourraient se retrouver sur la plateforme du parti. Pas une structure trop lourde », projette-t-il.

Il estime aussi qu’il est important que la CAQ développe son soutien auprès des jeunes afin de durer dans le temps et de former une relève prête à défendre les idées du parti dans le futur.

Les membres jeunesse de la CAQ ont jusqu’au 15 juillet pour entrer dans la course. L’élection du nouveau président aura lieu lors du congrès de la Commission de la relève les 17 et 18 août prochains à l’Université Bishop’s, à Sherbrooke.