Thérèse Laflamme, résidente à Villa-Bonheur, et son fils Serge Desroches (à gauche) sont ravis par le projet de bénévolat­ chez les adolescents, instauré par le technicien en loisirs Louis Chagnon (centre).

Jeunes bénévoles dans des CHSLD de la région: « de vrais rayons de soleil »

Qui a dit que les adolescents et les personnes âgées n’avaient rien en commun ? À voir le sourire de Thérèse Laflamme, une résidente du CHSLD Villa-Bonheur à Granby, tous les jeunes bénévoles qu’elle a côtoyés au cours de l’été ont été autant de belles rencontres pour elle, et ce, grâce à un partenariat entre la Fondation Sunny D. Extrême et le CIUSSS de l’Estrie.

La prémisse du projet consiste à instaurer un pont intergénérationnel. Dans la région, une dizaine d’adolescents, recrutés dans leur école respective, se sont déployés du 26 juin au 16 août dans deux centres d’hébergement : Villa-Bonheur et Cowansville. Les jeunes bénévoles ont participé, à raison de 7 à 10 heures par semaine, à différentes activités dans les CHSLD, pour aider les résidents ou simplement discuter avec eux.

Une initiative couronnée de succès selon Louis Chagnon, technicien en loisirs et coordonnateur du projet. « Dès que les jeunes arrivaient, on voyait le visage des résidents s’illuminer, a-t-il indiqué. Il n’y avait rien de forcé. Tout se faisait simplement. On voyait que les jeunes étaient heureux d’être là. C’était vraiment beau à voir. »

Thérèse Laflamme, résidente à Villa-Bonheur, n’avait que de bons mots à propos de ses complices estivaux. « Voir des jeunes aussi gentils, qui prennent le temps de venir nous parler, de nous rendre service, c’était vraiment bien. J’espère que les gilets jaunes vont revenir [NDLR: les jeunes participants portaient des gilets jaunes] », a confié la dame de 90 ans.

Son fils, Serge Desroches, était tout aussi emballé par les répercussions du projet. « On entend souvent que les adolescents ne sont pas attentionnés. J’ai vu tout le contraire avec les gilets jaunes. C’est une excellente idée de jumeler des jeunes avec des personnes âgées. Ça amène du sang neuf. Ils avaient beaucoup d’énergie. Ils ont été de vrais rayons de soleil pour les résidents », a-t-il fait valoir.

Rayonnement

La Fondation a pris naissance en 2007, après le décès accidentel de Sunny Desbiens. Alors âgé de 14 ans, l’adolescent était très impliqué auprès des aînés dans la région de Trois-Rivières. « La même année, son père décidait d’honorer sa mémoire en mettant sur pied la Fondation Sunny D. Extrême dont la mission serait de créer un pont entre les générations. D’abord lancée dans quelques CHSLD de la région de Trois-Rivières, la Fondation souhaite étendre ses activités à l’ensemble des CHSLD de la province », a mentionné le CIUSSS de l’Estrie.

Louis Chagnon compte bien contribuer au rayonnement du projet dans la région. Dès 2020, de nouveaux centres d’hébergement devraient intégrer le programme : entre autres, les CHSLD Leclerc et Marie-Berthe-Couture à Granby puis Horace-Boivin à Waterloo.

Notons qu’au préalable, les jeunes ont eu une formation d’une journée pour se familiariser avec la réalité des personnes vivant en CHSLD. Ils devaient offrir un minimum de 25 heures de bénévolat durant l’été. Le ou la candidate qui a cumulé le plus d’heures dans chaque centre à la mi-août a remporté un prix.