Jean-Philippe Perras est devenu porte-parole de l’Auberge sous mon toit, un organisme qui oeuvre auprès des hommes en difficulté, à Granby.
Jean-Philippe Perras est devenu porte-parole de l’Auberge sous mon toit, un organisme qui oeuvre auprès des hommes en difficulté, à Granby.

Jean-Philippe Perras est le nouveau porte-parole de l’Auberge sous mon toit

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
 Le comédien originaire de Granby Jean-Philippe Perras est devenu porte-parole pour l’Auberge sous mon toit, à la veille du cinquantième anniversaire de l’organisme.

L’auberge, encore souvent méconnue malgré ses presque 50 ans d’activités, a pour mission d’offrir un service d’hébergement, d’encadrement et d’insertion sociale à des hommes en difficulté situationnelle, sans domicile fixe ou des contrevenants. 

Le projet d’avoir un porte-parole pour souligner cet anniversaire a été devancé devant l’enthousiasme du comédien qui personnifie Raphaël dans la série L’Heure bleue. 

« Le choix s’est fait tout simplement parce que j’ai vu Jean-Philippe en entrevue à la télévision à Salut Bonjour, raconte Marie-Eve Théberge, directrice générale de l’organisme. C’était l’étincelle qui nous manquait, c’est la personne que ça nous prenait. Il a joué le rôle d’un homme en difficulté dans L’Heure bleue. Déjà en partant, ça vient chercher notre réalité à l’auberge. On se disait qu’il pouvait avoir, avec son personnage en arrière de la cravate, une idée de comment peuvent se sentir les gars ici. Il y a aussi tout son côté humain. Il avait une belle vision de la vie. »

Marie-Eve Théberge, directrice générale de l’Auberge sous mon toit.

L’objectif du porte-parole sera de faire rayonner la mission de l’Auberge sous mon toit dans la région et partout au Québec. 

La cause des hommes en difficulté est encore taboue, note Mme Théberge. Il fallait trouver un moyen de toucher ces gens-là afin qu’ils viennent chercher de l’aide sans honte. 

Après avoir vu l’entrevue accordée par Jean-Philippe Perras à la télévision, la directrice générale a contacté l’agente de l’acteur pour le rencontrer. « Il est venu visiter la ressource et ça a cliqué. Il était prêt à s’embarquer, pas juste pour le 50e, mais à partir de maintenant. »

D’homme à homme

« Comme Jean-Philippe est un homme, des fois l’identification peut être plus facile à faire pour les résidents. En plus, il vient de Granby. C’est un bel atout d’aller chercher quelqu’un d’ici, qui connaît le territoire, mais qui ne connaissait pas l’Auberge sous mon toit. Il va se faire un contrat de propager la bonne nouvelle. Les hommes ont leur égo, leur orgueil, ils ont peur de demander de l’aide. Des fois quand c’est un visage connu, ça n’a pas le même poids, la même influence sur les gens. »

Mme Théberge croit que son implication peut permettre de rejoindre plus d’hommes en difficulté, mais aussi les futurs donateurs. 

Il n’a pas été possible de parler cette fin de semaine au principal intéressé.