Jean-Michel Ryan vient d’ajouter une nouvelle corde à son arc. Désormais, le copropriétaire de la station de ski Mont Sutton est également président de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec.

Jean-Michel Ryan, Monsieur tourisme

Jean-Michel Ryan vient d’ajouter une nouvelle corde à son arc. Le copropriétaire de la station de ski Mont Sutton est aussi désormais président de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ).

M. Ryan doit avoir un emploi du temps bien chargé. Rappelons qu’il assure également les fonctions de président de Tourisme Cantons-de-l’Est et de président de l’Association des stations de ski du Québec. « On est passionné donc on aime s’impliquer et travailler pour notre industrie... et on aime relever les défis! », dit-il à l’autre bout du fil.

L’AITQ poursuit deux objectifs: faire la promotion du Québec à l’étranger et défendre les intérêts de cette industrie auprès du gouvernement.

Le Québec sur la map

Promouvoir le Québec à l’étranger consiste à faire de la Belle Province une destination irrésistible. « Faire venir des visiteurs de l’étranger, ça passe par des partenariats pour [ouvrir] des lignes aériennes avec des tours opérateurs, par des stratégies marketing au niveau numérique, énumère M. Ryan. C’est également des missions à l’étranger pour développer des liens d’affaires. »

Il s’agit de parer le Québec de ses plus beaux atours. « Toutes ces activités visent à développer la marque Québec encore davantage à l’étranger, car on vise à être une destination de classe mondiale et l’Alliance agit dans cette perspective-là », indique le chef d’entreprise.

Instagrammeurs 

À l’heure des médias sociaux, l’industrie touristique a recours à ces nouveaux modes de communication pour joindre la population le plus largement possible. Les médias intéressés par le Québec sont très variés, souligne Danie Béliveau, de Tourisme Cantons-de-l’Est.

« Je viens d’organiser une tournée pour deux "instagrammeurs" canadiens, explique-t-elle. L’un avait 437 000 abonnés et l’autre 830 000. » Selon elle, il est important d’être sur toutes les plateformes, car celles-ci se complètent. « On essaye de faire flèche de tout bois! », dit-elle un sourire dans la voix.

Les marchés étrangers visés avant tout sont l’Europe et les États-Unis, ainsi que les marchés émergents du Japon et de la Chine. « On travaille pour renforcer notre présence et attirer davantage de touristes sur le territoire du Québec », résume M. Ryan.

L’Alliance de l’industrie touristique du Québec s’assure également que ce secteur est bien représenté au niveau des décisions gouvernementales, qu’il est bien appuyé au niveau de son financement et au niveau de la réglementation.

M. Ryan précise qu’à titre de président du conseil d’administration, il travaille avec les autres administrateurs en soutien au président-directeur général de l’AITQ et à son équipe, principalement au niveau des orientations stratégiques.

Manifestement, ce nouveau défi ne fait pas peur au principal intéressé. « C’est avec fierté que je vais porter le flambeau et que je vais défendre les intérêts de notre belle industrie touristique, afin qu’elle prenne toute sa place au Québec », ajoute-t-il.

L’industrie touristique dans les Cantons-de-l'Est compte 2112 entreprises, génère 25 000 emplois ce qui en fait le 4e employeur en importance après le commerce de détail, le secteur manufacturier et les soins de santé.

PRÉCISION

Contrairement à ce qui était écrit dans la version initiale de ce texte mise en ligne, le prénom de Madame Béliveau est Danie et non Diane. Par ailleurs, les chiffres présentés à la fin de l’article étaient ceux de l’industrie touristique des Cantons-de-l’Est et non de celle du Québec. L’industrie touristique au Québec, c’est, entre autres, 10 000 entreprises touristiques et 9 millions de touristes hors Québec qui ont dépensé 5,5 milliards de dollars. Nos excuses.