Bien que la majorité de ses expériences se rattachent davantage à la musique classique, Jean François Lippé a confiance qu’il saura bien s’adapter à un événement plus populaire comme le Festival de la chanson de Granby.

Jean François Lippé nommé directeur général du FICG

Le Festival international de la chanson de Granby a dévoilé jeudi matin l’identité de son nouveau directeur général. C’est Jean François Lippé, l’actuel directeur du marketing et des communications du Musée national des beaux-arts du Québec, qui succédera à Pierre Fortier.

M. Lippé entrera en fonction le 25 février.

« J’ai vraiment hâte d’arriver, de rencontrer l’équipe demain (vendredi) et de me plonger les deux mains dedans », a réagi le nouveau DG, enthousiaste.

Originaire de Sherbrooke, le quadragénaire a étudié en communications et marketing à l’Université de Sherbrooke et aux HEC et, bien qu’il n’ait pas décroché de diplôme, il possède une impressionnante feuille de route dans le milieu des arts et de la culture.

« Je suis tombé dedans très jeune, fait-il valoir. Mon premier emploi étudiant à 16 ans était aux communications pour l’Orchestre symphonique de Sherbrooke. J’ai appris sur le tas, comme on dit. »

Au fil des ans, à travers son entreprise Lippé Communications, il a été consultant pour, entre autres, Les Violons du Roy, Analekta, le Centre d’arts Orford, l’Opéra de Québec et le Festival d’opéra de Québec, l’Orchestre Métropolitain ainsi que l’Orchestre symphonique de Québec. 

Il est directeur du marketing et des communications du MNBAQ depuis 2015. Sous sa gouverne, on note entre autres l’ouverture du pavillon Pierre-Lassonde, dédié à l’art contemporain. « Certainement la réalisation dont je suis le plus fier », précise-t-il.

Bien que la majorité de ses expériences se rattachent davantage à la musique classique, Jean François Lippé a confiance qu’il saura bien s’adapter à un événement plus populaire comme le Festival de la chanson de Granby. 

« Je suis quelqu’un de très polyvalent et avec une grande capacité d’adaptation. De toute façon, dans le milieu des arts, la façon de travailler est souvent la même partout », dit-il.

Il affirme s’être montré intéressé par le poste de directeur général du Festival international de la chanson de Granby (FICG) pour trois raisons principales. « D’abord, le milieu des arts de la scène me manquait. Ensuite, j’avais besoin de nouveaux défis. Et puis, je souhaitais aussi me rapprocher de ma famille, qui est partagée entre Sherbrooke et Montréal. »

Un candidat à part

Pour sa part, le président du CA du FICG, Yves Pronovost, s’est dit très content du choix du successeur de Pierre Fortier, remercié à la mi-septembre à la lumière d’un rapport d’enquête au sujet de commentaires et de comportements inadéquats en milieu de travail après 12 ans à la barre du Festival. 

 À LIRE AUSSI: Pierre Fortier revient sur son congédiement

« Son leadership, son expertise, sa vision et son enthousiasme nous ont séduits et permettront assurément à notre organisation d’atteindre ses objectifs », a-t-il laissé savoir à propos de Jean François Lippé dans un communiqué. 

Questionné à savoir ce qu’étaient ces objectifs, ce dernier s’est toutefois montré prudent. « Livrer la 51e édition et assurer la pérennité de l’événement », s’est-il contenté de dire.

Il a toutefois précisé qu’aucun mandat spécifique n’avait été donné au nouveau directeur général, et que ce dernier avait « carte blanche ». « Il saura y apporter sa saveur et sa couleur grâce à sa personnalité et son expérience. »

M. Pronovost a tenu à garder confidentiel le nombre de candidatures reçues pour le poste, mais a mentionné que Jean François Lippé s’était « fortement démarqué des autres candidats ».

« En continuité »

Il est encore trop tôt pour connaître les intentions du nouveau directeur général et la direction qu’il souhaite donner au FICG, celui-ci n’ayant pas encore pris connaissance des dossiers. Mais il entend poursuivre le travail effectué par son prédécesseur dans les dernières années — « sans me comparer ». « Pour l’instant, je veux simplement prendre le pouls de l’organisation, y aller en continuité, vivre mon premier festival et m’assurer que tout cela se fasse dans le plaisir », affirme-t-il.

Dans le communiqué, il est toutefois indiqué qu’il souhaite « explorer de nouvelles avenues de promotion, de diffusion et de collaboration ».