Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pour son projet de fin d’études, Rémi Ouellette a réalisé un clip informatif de 15 minutes sur l’Alzheimer.
Pour son projet de fin d’études, Rémi Ouellette a réalisé un clip informatif de 15 minutes sur l’Alzheimer.

Jamais trop jeune pour s’intéresser à l’Alzheimer

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Rémi Ouellette n’a pas vraiment connu sa grand-mère maternelle, décédée de l’Alzheimer. Mais il s’inquiétait pour la santé de sa propre mère. Allait-elle, à son tour, développer la maladie? Pour répondre à ses questions, il est allé à la rencontre de spécialistes du milieu et en a fait son projet de fin d’études secondaires.

L’élève de secondaire 5 au programme d’éducation internationale à l’école l’Envolée de Granby réfléchissait depuis un bon moment à la nature du «projet personnel» qui allait clore son parcours scolaire. Puis, l’idée d’un vidéoclip sur la maladie d’Alzheimer s’est imposée d’elle-même.

Pour ce faire, le jeune homme a fait appel au savoir d’un médecin, d’un chercheur, d’une intervenante et d’une ancienne proche aidante. Toutes ces personnes viennent jeter un regard sur la maladie, à travers une vidéo de 15 minutes, dont la préparation, les entrevues et le montage ont nécessité une bonne vingtaine d’heures de travail.

Et bien qu’il soit heureux du résultat, Rémi confie que le sujet aurait pu être abordé encore plus à fond. «Si je n’avais pas eu de limite de temps, j’aurais pu en dire un peu plus. J’ai dû couper beaucoup. J’aurais, par exemple, pu parler du projet-pilote de MIRA pour aider les personnes atteintes d’Alzheimer.»

Il admet que la COVID lui a compliqué les choses au moment des entrevues. «Une a été réalisée sur Zoom. Je n’ai pas pu, non plus, aller dans un centre d’hébergement pour rencontrer une personne en début de maladie.»

À ce jour, les commentaires qu’il entend sont positifs. Certains trouvent son documentaire touchant, d’autres saluent le ton respectueux qu’il a su adopter.

«Mon but, dit-il, c’est que les gens sachent un peu mieux comment réagir lorsqu’ils croisent une personne atteinte.»

Cette recherche lui a aussi permis d’atténuer un peu ses inquiétudes face à l’avenir de sa mère. «Si elle développe un jour la maladie, il y aura sûrement des médicaments pour la retarder...»

Mois de la sensibilisation

«Rémi nous a contactés en septembre dernier, car il avait un intérêt pour le sujet. Nous avons été agréablement surpris de la somme de recherche et de l’angle qu’il a abordé», affirme la directrice de la Société Alzheimer Granby et région, Sophie Foisy.

Elle et son équipe ont reçu la vidéo au retour des Fêtes, juste à temps pour le Mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer. Avec l’autorisation de Rémi, ils ont choisi de la diffuser à grande échelle. «On l’a publiée sur notre site et sur notre page Facebook. On l’a aussi envoyée à nos membres pour qu’ils puissent la relayer. Rémi a bien cerné le sujet. On a peut-être de la relève!» se réjouit Mme Foisy.

La dame rappelle l’importance de démystifier la maladie, en insistant sur le fait qu’il est possible de maintenir une qualité de vie. «Il faut voir les belles choses du quotidien, recréer son quotidien autrement. Le secret, c’est de bien s’outiller pour maintenir les acquis de la personne atteinte. Il faut aussi que la communauté soit bienveillante et accepte les gens atteints d’Alzheimer.»