Parmi les soumissionnaires, deux seraient habiles à déployer le service Internet haute vitesse dans Rouville, c’est-à-dire IHR Télécom et Vidéotron, ce qui augmente les chances de la MRC d’être branchée plus tôt que tard.
Parmi les soumissionnaires, deux seraient habiles à déployer le service Internet haute vitesse dans Rouville, c’est-à-dire IHR Télécom et Vidéotron, ce qui augmente les chances de la MRC d’être branchée plus tôt que tard.

Internet haute vitesse: Rouville confiante d’être branchée

Toujours en attente d’un suivi du ministère de l’Économie et de l’Innovation, la MRC de Rouville demeure confiante de voir son territoire enfin desservi par des infrastructures permettant le déploiement d’une connexion Internet haute vitesse.

Depuis quelques années déjà, Rouville documente les zones où la couverture est faible ou inexistante sur son territoire. Une étude a d’ailleurs été réalisée en 2018.

« La MRC doit encore aujourd’hui composer avec des vides de services concernant l’Internet haute vitesse (IHV) dans plusieurs secteurs de son territoire », et ce, malgré son appartenance partielle à la Communauté métropolitaine de Montréal et sa proximité de grands centres.

« Cette accessibilité à un réseau fiable et de qualité est un enjeu majeur qui affecte toutes les facettes du développement de la MRC de Rouville », fait-on valoir dans un communiqué.

Un appel de projets dans le cadre du programme Régions branchées a été lancé l’automne dernier. Ce programme dispose d’une enveloppe de 100 millions de dollars pour le déploiement de la connexion haute vitesse dans des secteurs ciblés puisqu’ils sont mal desservis.

« Le programme est vraiment adressé à des MRC spécifiques et Rouville en fait partie, explique Pierre-Olivier Labart, conseiller en développement rural à la MRC. On est ciblés par le gouvernement, c’est très bon signe pour la suite des choses. »

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation, qui analyse présentement les 200 candidatures soumises, devrait donner suite à cet appel de projets au cours du premier trimestre de l’année, après quoi les projets choisis feront l’objet d’une entente devant être ratifiée d’ici la fin de 2021.

Parmi les soumissionnaires, deux seraient habiles à déployer le service Internet haute vitesse dans Rouville, c’est-à-dire IHR Télécom et Vidéotron, ce qui augmente les chances de la MRC d’être branchée plus tôt que tard.

« Lorsque le premier programme de subvention a été lancé à l’automne 2019, nous étions prêts et cela a favorisé le dépôt de plus d’une demande pour notre région. Nous avons fait preuve de proactivité dans ce dossier et cela devrait nous permettre de franchir une seconde étape », a mentionné Jacques Ladouceur, préfet de la MRC.

La concrétisation du projet pourrait alors s’échelonner sur une période allant de deux à quatre ans, précise-t-on. Dans la région, il ne sera pas nécessaire d’installer de nouvelles infrastructures puisque la fibre optique qui devrait permettre la desserte pourra transiter par les installations actuellement en place, estime M. Labart.