De ce portrait, la MRC de Rouville espère identifier des zones moins bien desservies sur son territoire pour éventuellement corriger le tir, si des subsides publics sont disponibles.

Internet haute vitesse dans Rouville: l’étude est lancée

La MRC de Rouville lance un sondage afin de déterminer l’étendue de la couverture Internet haute vitesse sur son territoire. Le tout vise à préparer une éventuelle demande de l’entité administrative à des programmes de subventions gouvernementaux finançant le déploiement d’un réseau.

Les informations recueillies d’ici novembre dans le cadre de l’enquête seront comparées à celles transmises par les fournisseurs de services Internet qui desservent la MRC. De ce portrait, celle-ci espère identifier des zones moins bien desservies sur son territoire pour éventuellement corriger le tir, si des subsides publics sont disponibles. Il est donc important de dresser un portrait représentatif de la situation en tenant compte des disparités dans l’offre de service constatée dans les huit municipalités. « Plus les résidants de chacune des municipalités visées répondront à notre questionnaire, plus nous récolterons des données intéressantes qui viendront appuyer considérablement notre position et présenter les lacunes actuelles de l’offre d’Internet haute vitesse dans notre MRC », mentionne Pierre-Olivier Labart, conseiller en développement rural et mentorat pour la MRC de Rouville.

Cette dernière fait valoir qu’il est plus que temps que les services offerts dans la région répondent aux besoins de la population. Qui plus est, le CRTC avait décrété, en décembre dernier, que tous les Canadiens devaient avoir accès à des services à large bande fixe permettant des vitesses de 50 Mb/s en téléchargement et de 10 Mb/s en téléversement d’ici 2021, ajoute-t-on.

Rappelons qu’en juin, la table des maires a octroyé un contrat à la firme Gestion de projets numériques Lysix inc. pour la réalisation d’une étude concernant la couverture Internet haute vitesse sur son territoire.

Cela faisait suite à une demande de la Ville d’Ange-Gardien qui, avec l’appui de plusieurs autres municipalités, réclamait depuis le mois de mars la tenue de cette étude. En 2008, une étude précédente de la MRC de Rouville avait permis d’établir que 1500 résidences et entreprises n’avaient pas accès à Internet haute vitesse. Plusieurs municipalités avaient aussi identifié des secteurs où la couverture Internet était déficiente. Aucune suite n’avait toutefois été donnée à cette enquête.

Les producteurs agricoles seront aussi sollicités dans le cadre de l’étude, étant donné que l’UPA de Rouville distribuera le sondage à ses quelque 500 membres. La MRC soutient qu’une couverture adéquate pourrait permettre aux producteurs d’automatiser davantage leurs procédés, les rendant plus compétitifs. « L’essor des milieux ruraux passe aujourd’hui par la technologie et cela devient un atout considérable pour améliorer la performance et la compétitivité des entreprises et des industries, en plus d’assurer un service optimal pour les travailleurs autonomes et les résidants du territoire », fait-on valoir.

À l’heure actuelle, il est uniquement possible de remplir le questionnaire sur les sites des municipalités composant la MRC de même qu’au www.mrcrouville.qc.ca. La coordonnatrice aux communications de la MRC, Geneviève Desautels, indique que des copies papier seront éventuellement mises à la disposition de citoyens qui n’ont pas le service Internet à domicile, dans les bureaux des municipalités.

« On estime entre 2500 et 3000 ménages qui se trouvent en dehors des périmètres d’urbanisation et qui sont, de surcroît, les plus susceptibles de ne pas avoir accès à un réseau Internet haute vitesse », a-t-elle précisé.