Sera-t-il désormais interdit de fumer sur les terrasses des restaurants et des bars? Cette idée, qui est loin de plaire à plusieurs propriétaires, sera étudiée lors de la Commission de la Santé et des Services sociaux dans les jours qui viennent.

Interdiction de fumer sur les terrasses: les restaurateurs craignent une baisse d'achalandage

«Ça va tuer l'achalandage. Un moment donné, ça va s'arrêter où?», déplore Gaétan Dion, propriétaire du resto-pub St-Ambroise de Granby, au sujet de la proposition d'interdire l'usage du tabac sur les terrasses qui sera étudiée par la Commission de la Santé et des Services sociaux du Québec. Et il n'est pas le seul à craindre une éventuelle interdiction.
Cette idée fera l'objet de discussions lors de l'étude des effets de la Loi sur le tabac, la semaine prochaine, et qui seront suivis de près par les principaux intéressés: les tenanciers et restaurateurs.
Les fumeurs représentent environ 20 % de sa clientèle, estime M. Dion. Bannir le tabac sur son imposante terrasse lui fait craindre une baisse de sa clientèle. «C'est évident qu'il y aura un impact sur l'achalandage. Et s'il y a un impact sur l'achalandage, ça signifie moins de personnel, dit-il. Si on perd ces clients-là, c'est pas mal de monde. Et si on perd des revenus, il faut faire des mises à pied.»
«J'ai une bonne clientèle de fumeurs. Lorsqu'ils l'ont interdit en salle à manger, ça a eu pour effet que les fumeurs se retrouvent plus sur la terrasse. S'ils viennent à enlever ça aussi, je ne sais pas ce que ça va donner», s'interroge Andréanne Dumont, gérante et propriétaire du restaurant Mikes de Granby.
Tous les détails dans notre édition de samedi