Les Bedfordois devront débrancher leurs gouttières et leurs drains français du réseau d’égout de la municipalité.

Interdiction de brancher les gouttières et les drains français au réseau d'égout à Bedford

Acheminer les eaux de pluie de ses gouttières de toit et de son drain français vers le réseau d’égout n’est plus permis à Bedford. Les propriétaires de maison et de commerce devront débrancher le tout, mais recevront l’aide de la Ville pour le faire.

La mesure, adoptée lors de l’assemblée du conseil en mai, vise quatre objectifs, indique le maire Yves Lévesque. D’abord, gérer les eaux de pluie où elles tombent, ensuite réduire le volume d’eau envoyé à l’usine d’épuration des eaux usées de la municipalité, réduire le nombre de surverses d’eaux usées dans la rivière aux Brochets et finalement améliorer la qualité de l’eau de cette rivière. « On doit tous faire notre part en environnement. Et c’est un geste très simple à poser, qui est très efficace et peu coûteux », a-t-il expliqué lundi en entrevue.

La Ville de Bedford participera lors des trois prochaines années à un projet pilote pour débrancher les gouttières et les drains français de son réseau d’égout.

La Ville travaille en collaboration avec la MRC Brome-Missisquoi et l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi (OBV Missisquoi). Le projet pilote est financé par le Fonds vert du gouvernement du Québec et du programme Climat municipalités-Phase 2 du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques concernant les infrastructures vertes liées à la gestion de l’eau. Le programme découle du plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques du Ministère.

Durant les prochaines semaines, un patrouilleur de l’OBV Missisquoi sillonnera le territoire de la Ville pour identifier les maisons et commerces dont les gouttières et les drains français sont branchés au réseau d’égout de la municipalité. Il pourrait effectuer des tests de fumée pour bien cibler les propriétés problématiques. Le patrouilleur laissera dans chaque maison et commerce visités un dépliant expliquant comment les propriétaires peuvent rendre leurs gouttières et drain français conformes à la réglementation.

Intervenir sur la rue Campbell

Le secteur de la rue Campbell sera ciblé, a dit M. Lévesque. La raison est bien simple : c’est dans ce secteur que les surverses d’eaux usées parmi les plus importantes se produisent chaque année. « On a un réseau d‘égout unitaire à plus de 40 % sur notre territoire. Cet ouvrage sur la rue Campbell sort fort dans nos statistiques. On veut réduire ça », a-t-il dit.

Des travaux sont prévus cet été pour aménager des bandes d’absorption d’eau de pluie sur la rue Campbell. Elles devraient réduire le volume d’eau qui se retrouve dans l’égout lors d’averses, a dit le maire.

M. Lévesque s’intéresse depuis peu aux enjeux des surverses d’eaux usées. Les données annuelles de surverses l’étonnent. « On est déçu de constater ce qui se passe et que ça ne s’améliore pas. »

Le mot d’ordre dans le cadre de ce projet pilote est d’assister les citoyens, assure le maire Lévesque. « On veut trouver les propriétés qui sont branchées. Mais on va être là pour aider les gens à trouver des solutions pour qu’ils gèrent leurs eaux de pluie sur leur terrain. On est prêt à travailler avec eux pour ça », a-t-il indiqué.

Une séance d’information sur ce nouveau règlement à l’intention des citoyens de Bedford est prévue mardi soir, à partir de 19 h, au Centre communautaire Georges-Perron (14, rue Philippe-Côté).