Caroline Pelletier a créé la fromagerie Missiska avec son conjoint. L'entreprise est en production depuis le mois de mars.

Inspirer les entrepreneurs d’ici

Diriger sa propre entreprise est à la fois synonyme d’autonomie, de prise de risque et de succès. L’étape du lancement de sa business comporte aussi sa part de mésaventures. Onze conférenciers se sont succédé sur scène pour souligner l’importance d’être accompagné par un mentor quand on devient son propre boss, à l’occasion du cadre du 2e Colloque pour entrepreneurs Brome-Missisquoi, jeudi, à l’Hôtel Château-Bromont.

« Nous avons une région hyper dynamique côté entrepreneurial, et il est important de souligner les succès de nos entrepreneurs », indique par communiqué Isabelle Dumont, conseillère en développement d’entreprises au CLD et coordonnatrice de la cellule de mentorat Brome-Missisquoi.

De fait, en 2018, le CLD Brome-Missisquoi a accompagné une centaine de projets de démarrage d’entreprise, précise Mme Dumont.

Le succès ne vient cependant pas tout seul. Il faut faire preuve de ténacité pour réussir en affaires. « Il faut des grosses couilles pour passer à travers un tel projet de fromagerie artisanale », s’est fait dire ces derniers mois Caroline Pelletier, qui a créé la fromagerie Missiska avec son conjoint. L’entreprise est en production depuis le mois de mars. « Nous avons triplé les volumes qui étaient prévus au démarrage, explique-t-elle. Ç’a été tout un défi de gérer cette croissance dès le départ de l’entreprise. Il y a eu une telle effervescence qu’on est passé de 300 à 800 litres de lait transformé par jour pour le fromage en grains vendu à la boutique. »

S’il en est un qui ne baisse pas les bras, c’est bien Claude Trottier. Conférencier vedette du colloque dont le thème était « Le succès qui inspire », le président et directeur de l’exploitation des Canards du lac Brome a connu son lot d’embûches.

Isabelle Dumont, conseillère en développement d’entreprises au CLD et coordonnatrice de la cellule de mentorat Brome-Missisquoi

Mise en quarantaine, grippe aviaire, incendies... que de péripéties ! En 2016, par exemple, l’entreprise Canards du Lac Brome a subi trois incendies. Environ 50 000 canards avaient péri dans un bâtiment de production à Racine, alors qu’un autre avait détruit les bureaux administratifs, la boutique et l’abattoir à Lac-Brome. Qu’à cela ne tienne, son entreprise est un fer de lance dans son secteur.

Mentorat d’affaires

En affaires, le mentorat est une clé de la réussite. « Il y a encore plein de monde qui ne sait pas que ça existe », rappelait toutefois Hélène Paquette, chef mentore de la cellule de mentorat Brome-Missisquoi, dans un article de La Voix de l’Est paru en octobre dernier.

De jeunes chefs d’entreprise ont souligné l’importance du rôle de leur mentor, lors du Colloque. « Mon mentor m’a amené à voir le projet d’un oeil différent, à trouver des pistes de solution, et il m’a poussé à oser davantage », confirme la présidente de la fromagerie Missiska. Néanmois, le désir d’entreprendre était fort chez Mme Pelletier : « Il fallait que je me lance ! »

Les entreprises ont beaucoup plus de chance de succès quand les entrepreneurs sont accompagnés d’un mentor, d’après le CLD Brome-Missisquoi, qui chapeautait l’événement auquel a collaboré la Chambre de commerce de Brome-Missisquoi. Le colloque a d’ailleurs été l’occasion de rendre hommage aux mentors de la région qui accompagnent annuellement une soixantaine d’entrepreneurs en moyenne.

Luc Harbec a notamment reçu le prix mentor d’exception 2018 Desjardins pour son importante implication dans la cellule de mentorat Brome-Missisquoi. Hélène Paquette et Jean-Pierre Boisvert ont quant à eux reçu l’épinglette diamant, soit la plus haute reconnaissance du Réseau M — Mentorat pour entrepreneurs.

Claude Trottier, président et directeur de l’exploitation des Canards du lac Brome

Avec 110 personnes ayant participé, Isabelle Dumont pouvait déjà annoncer la tenue d’un troisième événement du genre, en 2020.

L’année prochaine, ce sera au tour du Gala Excellence Brome-Missisquoi, organisé par la Chambre de commerce de la région, d’être mis de l’avant, suivant un principe d’alternance.

RECONNAISSANCE DU REGROUPEMENT DES MATIÈRES RÉSIDUELLES

Dix industries, commerces et institutions (ICI) de Brome-Missisquoi se sont regroupés pour mettre en place des solutions communes en gestion des matières résiduelles (GMR), indique le CLD Brome-Missisquoi par voie de communiqué. 

RECYC-QUÉBEC a octroyé une aide financière de 33 750 $ au CLD de Brome-Missisquoi pour permettre la mise en place de ce projet de mutualisation. 

Après un an et demi de travail, environ 1000 tonnes métriques de différentes matières résiduelles ont pu ainsi être mises en valeur. 

Les dix entreprises participantes sont Omya St-Armand, Armoires Fabritec, Roulements Koyo, Teledyne DALSA, Les spiritueux Ungava, Industries Pépin Ltée, Val Caudalies, DeltaGomma, KDC Knowlton et Fromagerie Gourmande Bromont.