Dix statues de la célèbre armée de terre cuite enterrée à Xian ont été exposé à l'Institut Franklin (photo), à Philadelphie.

Le pouce d’un soldat de l’armée chinoise de terre cuite volé aux États-Unis

PÉKIN - Le pouce d’un des soldats de la célèbre armée de terre cuite enterrée à Xian, dans le nord de la Chine, a été dérobé lors d’une exposition aux États-Unis et les autorités chinoises réclament que le voleur soit «sévèrement puni».

Selon des documents de la justice américaine consultés par l’AFP, un jeune homme de 24 ans a été arrêté pour le vol commis peu avant Noël lors d’une fête à l’Institut Franklin de Philadelphie, en Pennsylvanie, où étaient exposées 10 statues.

D’après le rapport d’arrestation établi par un agent du FBI, le suspect s’était introduit subrepticement dans la salle d’exposition fermée et avait pris un selfie avec le guerrier de terre cuite, d’une valeur de 4,5 millions $ (5,68 millions $CAN).

Puis, il semble avoir cassé le pouce gauche de la statue avant de le mettre dans sa poche et de partir.

Le musée a remarqué la disparition le 8 janvier. L’agent du FBI a retrouvé l’auteur présumé à son domicile de Bear, dans le Delaware, où il a reconnu avoir rangé le pouce dans un tiroir.

Arrêté pour le vol d’une oeuvre d’art majeure dans un musée, recel d’oeuvre d’art majeure et transport d’objet volé d’un État à l’autre, il a été libéré sous caution de 15 000 dollars.

Les 8000 guerriers en terre cuite mis au jour à Xian, dans le nord de la Chine, à partir de 1974, sont les gardiens de la tombe du premier empereur de Chine, Qin Shihuang, mort en 210 avant notre ère après avoir unifié le pays. Cette armée d’outre-tombe a été découverte en 1974.

Des centaines de milliers de touristes visitent chaque année ce site inscrit au patrimoine de l’UNESCO, situé dans la province de Shaanxi.

Les Chinois y voient avant tout l’un des symboles de leur civilisation millénaire, au même titre que l’invention de la poudre ou du papier.

«Nous appelons la partie américaine à punir sévèrement la personne qui a commis un tel acte de vandalisme et de vol de l’héritage culturel de l’humanité», a déclaré dimanche au journal Beijing Youth Daily le directeur du Centre culturel d’échanges de reliques de la province de Shaanxi.

Deux spécialistes vont être dépêchés aux États-Unis pour aider à la restauration de la statue, a-t-il ajouté, ajoutant qu’une procédure en dommages et intérêts avait été lancée.