Lundi, le populaire site d’admirateurs de James Bond, MI6-HQ.com, avait publié une lettre ouverte exhortant les producteurs à retarder le lancement de <em>Mourir peut attendre (No Time To Die</em>), au nom de la santé publique. La sortie du film est repoussée en novembre, ont annoncé les producteurs mercredi.

James Bond terrassé par le coronavirus

LOS ANGELES — James Bond peut attendre. La sortie des prochaines péripéties du célèbre espion britannique, Mourir peut attendre, a été repoussée de plusieurs mois en raison des inquiétudes mondiales concernant le coronavirus.

Les studios MGM et Universal et les producteurs Michael G. Wilson et Barbara Broccoli ont annoncé mercredi sur Twitter que la sortie du film, prévue en avril, serait reportée à novembre. Les producteurs ont cité la prise en compte du marché mondial des salles de cinéma.

No Time To Die sortira désormais en salles au Royaume-Uni le 12 novembre et ailleurs dans le monde le 25 novembre.

Les films de James Bond réalisent une part importante de leurs bénéfices sur les marchés internationaux. Le film précédent, 007 Spectre, avait rapporté en 2015 plus de 679 millions $US à l’extérieur des États-Unis et du Canada, dont plus de 84 millions $ en Chine.

Des campagnes publicitaires pour le lancement du plus récent James Bond en Chine, au Japon et en Corée du Sud avaient déjà été annulées. Lundi, le populaire site d’admirateurs du célèbre espion, MI6-HQ.com, a publié une lettre ouverte exhortant les producteurs à retarder le lancement, au nom de la santé publique.

Le calendrier de sortie et de production des films hollywoodiens a déjà subi d’autres contrecoups du coronavirus. La semaine dernière, Paramount Pictures a interrompu la production du septième film de la franchise Mission : Impossible, qui devait être tourné à Venise. L’Italie a vu le nombre de cas de la maladie associée au COVID-19 exploser depuis que le premier test positif a été signalé dans le nord du pays le 19 février.

Le studio Paramount a également reporté la sortie en Chine de Sonic le hérisson, qui est déjà présenté sur les écrans nord-américains depuis le 14 février.

Le MIPTV annulé

Le MIPTV, deuxième plus grand événement mondial dédié aux professionnels de la télévision, prévu du 30 mars au 2 avril à Cannes (France), a été annulé «en raison de l’incertitude liée au coronavirus», ont annoncé mercredi les organisateurs.

Par ailleurs, le festival dédié aux séries internationales Canneseries, adossé depuis sa création au MIPTV et dont la 3e édition devait se dérouler du 27 mars au 1er avril, sur le même site dans le sud-est de la France, a quant à lui été reporté en octobre (du 9 au 14), a précisé la société organisatrice, Reed Midem.

L’équipe du MIPTV avait annoncé la semaine dernière que l’événement, qui devait mettre cette année à l’honneur la Corée du Sud, aurait bien lieu malgré la menace du coronavirus, tout en assurant qu’elle respecterait scrupuleusement «toutes les directives de santé publique locales et nationales».

Mais le président de Reed Midem, Paul Zilk, cité dans le communiqué annonçant l’annulation de l’événement, explique que «dans le contexte actuel, beaucoup de clients ont exprimé leur crainte de voyager», et que reprogrammer le MIPTV dans les mois suivants n’était pas faisable. La prochaine édition aura donc lieu en 2021, du 12 au 15 avril.

Le MIPTV (Marché international des programmes de télévision), créé dans les années 60, est organisé une fois par an à Cannes au Palais des festivals. C’est le deuxième marché audiovisuel international, derrière le MIPCOM, son pendant automnal, également organisé au même endroit par la même société.

C’est un coup dur pour cette grand-messe de la télévision mondiale, où des acheteurs de programmes du monde entier peuvent découvrir des contenus en avant-première et rencontrer des distributeurs et diffuseurs de tous les continents.

Le Louvre rouvert

À Paris, le musée du Louvre, fermé en raison du droit de retrait invoqué par son personnel face à la crise du coronavirus, a rouvert ses portes mercredi à la mi-journée, a annoncé sa direction dans un communiqué.

La réouverture a eu lieu sous les applaudissements de touristes qui attendaient, a constaté une journaliste de l’AFP.

Le musée le plus visité au monde (9,6 millions de visiteurs l’an dernier, dont 75 % d’étrangers) était resté fermé dimanche et lundi (mardi étant son jour de fermeture hebdomadaire).