Joaquin Phoenix dans une scène du film «Joker»

Grèce: la police déloge des mineurs de deux cinémas projetant le «Joker»

ATHÈNES — La police grecque est intervenue ce week-end dans deux cinémas d’Athènes où une dizaine de mineurs regardaient le film «Joker» pour leur ordonner de sortir de la salle, une action qui a été dénoncée lundi par le ministère de la Culture.

Le film Joker de Todd Phillips, Lion d’or à la Mostra de Venise, est au cœur d’une polémique faisant craindre à certains la possibilité d’actes de violence en marge des séances.

À Athènes, l’intervention policière a eu lieu à la suite de l’appel de deux employées du ministère grec de la Culture présentes dans deux cinémas de la capitale, selon un communiqué de la police.

Dans l’un des cinémas, sept adolescents ont été emmenés au poste de police où leurs parents ont été appelés à les récupérer.

La police n’a pas donné plus d’informations sur les trois autres mineurs auxquels il a été ordonné de quitter les lieux dans le second cinéma ni sur leur âge précis.

Membres de la Commission nationale qui détermine si le jeune public peut voir tel ou tel film, les employés qui ont appelé la police «ont outrepassé leurs prérogatives», a affirmé lundi dans une conférence de presse la ministre de la Culture, Lina Mendoni.

«Elles n’ont pas averti leurs supérieurs ni le ministère», a-t-elle ajouté, soulignant qu’il y aura une enquête et que «des mesures seront prises». En Grèce, le Joker est officiellement interdit aux moins de 18 ans.

En vertu d’une loi de 2010, les propriétaires des salles de cinéma sont responsables si un mineur visionne un film interdit aux moins de 18 ans et peuvent se voir infliger une amende allant jusqu’à 10 000 euros. Mais les contrôles étaient jusqu’ici peu nombreux.

Révélée par plusieurs médias grecs pendant le week-end, l’affaire a provoqué un tollé et créé le buzz sur les réseaux sociaux où le gouvernement de droite est accusé de «censure».

De nombreux partis d’opposition ont de leur côté dénoncé l’intervention «disproportionnée» de la police.

Pour se désolidariser de l’intervention policière, le ministre de la Protection du citoyen, responsable des forces de l’ordre, Michalis Chryssohoïdis, a tweeté lundi qu’il allait «voir ce soir avec [son] fils de 15 ans le Joker».