Confusion à un salon funéraire: la Nouvelle-Écosse resserre les règles

HALIFAX — Les règles encadrant la manipulation des corps seront resserrées en Nouvelle-Écosse à la suite d’une étrange confusion survenue à un salon funéraire s’étant soldée par la crémation accidentelle d’une dépouille.

La commission d’immatriculation des embaumeurs et entrepreneurs de pompes funèbres de la province a déterminé, jeudi, que le directeur de funérailles du salon était responsable de la bévue et a révoqué son permis.

Selon la commission, David Farmer n’a pas vérifié l’identité des deux femmes dont les dépouilles avaient été transportées dans le même véhicule au moment de récupérer l’une d’entre elles à l’extérieur d’un crématorium d’Annapolis Valley.

Résultat: Sandra Bennett, âgée de 65 ans, a été incinérée alors que Myrtle Wilson, âgée de 96 ans, a été embaumée et présentée comme étant Mme Bennett durant un hommage organisé par la famille au salon funéraire le 27 décembre dernier.

Durant son enquête, la commission a établi que le propriétaire de Serenity Funeral Home à Berwick et employeur de M. Farmer, Anthony Facey, n’avait commis aucune faute relativement à cette affaire puisqu’il avait pris soin de mettre en place des procédures d’identification au sein de son entreprise.

Toutefois, la commission a réclamé des changements sur le plan législatif afin de s’assurer que tous les salons funéraires de la province adoptent un système similaire.

Geoff MacLellan, le ministre responsable de Service Nouvelle-Écosse, a déclaré vendredi qu’il espérait apporter des modifications à la loi au cours de la présente session législative.